Coronavirus : la vente à la sauvette du muguet interdite le 1er mai

traditions
Muguet
©Réunion La 1ère
Acheter un brin de muguet sur le bord de la route pour aller l’offrir, c’est la tradition du 1er mai. Cette année, crise sanitaire oblige, ce ne sera pas possible. S’il y aura bien du muguet, les lieux de vente seront restreints et les quantités aussi.
La vente à la sauvette du muguet est interdite en cette période d’épidémie de coronavirus. Impossible, normalement, d’acheter son brin de muguet sur le bord de la route le 1er mai, comme à l’habitude. Elle représente en général près de 70% de l’écoulement de la production.

 

Les ventes sont réglementées

C’est pourtant la tradition, un brin de muguet offert à un proche pour lui porter bonheur. Une  tradition contrariée mais tout de même respecter. En effet, si les ventes à la sauvette seront interdites, il sera tout de même possible d’acheter du muguet.

Ainsi, les fleuristes peuvent vendre du muguet, mais uniquement en livraison et par retrait de commandes, leurs boutiques étant fermées. Il sera aussi possible d’en trouver dans les commerces de produits essentiels et jardineries qui se seront approvisionnés.

Les producteurs et commerces fermés peuvent aussi en vendre uniquement en livraison ou par retrait de commandes. Enfin les producteurs de muguet pourront vendre leurs productions dans les marchés forains, le jeudi 30 avril, le vendredi 1er mai et le samedi 2 mai. 
  

Une production limitée cette année

S’il sera bien possible de se procurer des brins de muguet, leur quantité risque cependant d’être limitée. Les producteurs ont été lourdement impactés par la crise sanitaire et l’arrêt des activités économiques qui l’accompagne.

Des producteurs un peu perdus au moment de la mise en terre des griffes justement. Faute de commande et avec la fermeture des fleuristes, les ventes n’étaient alors pas assurées.  C’est le cas de Joseph Avril, horticulteur dans le Sud et un des plus importants producteurs de muguet dans l’île.
 
Muguet
©Réunion 1ère
Au lieu des 40 000 pots qu’il produit habituellement, il n’en a planté que 15 000 cette année. Un coup de poker pour le producteur, qui confie qu’au moment de la plantation, seuls 3 000 pots avaient été commandés.

Reportage de Pierre Comorassamy.

Muguet du 1er mai reportage chez un producteur


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live