Coronavirus à Madagascar : déconfinement presque total pour la Grande Ile, Nosy Be rouvre aux touristes le 1er octobre

océan indien
Nosy Be
©Capture d'écran Tripadvisor
" Retour à la normale " sur la quasi-totalité du territoire, a annoncé hier soir le président de la République de Madagascar. Certaines régions restent cependant encore touchées et l’état d’urgence sanitaire a été prolongé pour limiter la propagation du virus, toujours présent dans l’île.
Si la situation semble s’améliorer à Madagascar, l’épidémie de coronavirus n’est pas terminée. Certaines régions déconfinent, d’autres ne bénéficient que d’un confinement allégé. La circulation des personnes entre ces régions reste toujours restreinte, l’état d’urgence sanitaire a donc été prolongé pour 15 jours, selon le décret paru samedi 8 août à la suite du conseil des ministres.

 

Toamasina déconfine, la capitale voit son confinement allégé


Un confinement cependant restreint, Andry Rajoelina a en effet annoncé hier soir, dimanche 9 août, dans une allocution télévisée l’assouplissement des mesures dans ces zones et le déconfinement pour Toamasina. Déconfinement également pour Atsinanana.

Le déconfinement est en revanche partiel dans la capitale et sa région. En attendant que le taux de contamination à Tananarive et ses envions passe le pic et amorce une courbe décroissante, Andry Rajoelina annonce un confinement allégé.

Les travailleurs peuvent reprendre leur activité jusqu’à 17h. Le couve-feu est en place de 21h à 4h. Les transports nationaux restent fermés, les transports régionaux et les taxis Be ne travaillent pas encore. Seuls les taxis le peuvent, mais ils restent limités à 3 passagers maximum. Les marchés des Fokontany ouvrent de 6h à 17h, au lieu de 13h.

 

L’état d’urgence sanitaire prolongé de 15 jours

 

" Le constat est qu’économiquement, le confinement n’est plus supportable pour les Malgaches "

Andry Rajoelina, président de la République de Madagascar



Dans les régions d’Atsinanana, comprenant Toamasina, et d’Analamanga, le pic de contamination aurait déjà été atteint, mais la vigilance doit rester de mise selon le chef de l’Etat. Analamanga serait encore en phase de stabilisation, la courbe devrait descendre vers la fin du mois d’août. Elles étaient considérées comme l’épicentre de l’épidémie.

Si la vie doit reprendre, certaines restrictions restent nécessaires selon les autorités qui ont ainsi décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire de 15 jours, notamment pour limiter les déplacements entre régions.

Dans toute l’île, les rassemblements de plus de 50 personnes restent interdits, les bars et lieux de fête fermés. Idem pour les lieux de cérémonie et les écoles. Les examens officiels auront cependant lieu.

Les barrages sanitaires deviennent des barrages sécuritaires à l’entrée des régions. Dans les régions de Boeny, Itasy, Bongolava, Matsiatra Ambony, Betsiboka ou encore Alaotra Mangoro, le confinement est organisé régionalement.

 

Nosy Be rouvre aux touristes le 1er octobre


Feu vert pour la reprise des activités touristiques à Nosy Be. Les visiteurs pourront de nouveau s’y rendre à partir du 1er octobre, a annoncé Andry Rajoelina. Ils devront cependant respecter les mesures sanitaires et n’effectuer aucune sortie en dehors de Nosy Be.

Un test PCR négatif sera également obligatoire au départ et à l’arrivée, ainsi qu’un billet retour. Un tunnel de désinfection sera installé à l’aéroport de la petite ile. Une première étape avant d’envisager la réouverture de la Grande Ile.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live