Coronavirus : des masques gratuits, mais pour qui ?

coronavirus
masques coronavirus
photo d'illustration ©pixabay
Avec la crise sanitaire, le port du masque est devenu obligatoire en entreprise, dans les lieux publics clos et certains espaces extérieurs. La plupart des Réunionnais doivent s’en procurer à leurs frais. Pour certains, il est pris en charge, mais il faut remplir certaines conditions.
Le port du masque s’est généralisé avec la crise sanitaire. Pour les personnes à haut risque, le ministère de la Santé distribue 10 masques par semaine. Mais qui sont les personnes considérées à haut risque ?
 

Pour les personnes âgées… mais pas toutes 

Paul Dumas, pharmacien à Saint-Denis explique que seuls “les patients qui ont une immunité déficiente ont droit à une prise en charge du masque”. Or, toutes les personnes âgées ne sont pas dans cette situation, mais seulement les porteuses d’une maladie chronique ou celles susceptibles d’avoir des complications cardiovasculaires. En revanche, les Réunionnais de plus de 65 ans, sans pathologie particulière, ne peuvent pas se procurer de masques gratuitement. 

Si l’on est testé positif au Covid-19, on peut en obtenir par une prescription médicale pendant 14 jours. 
  

Pas de prise en charge pour les professionnels de santé 

Depuis le 5 octobre, les équipements de protection pour les professionnels de santé ne sont plus pris en charge. “Jusqu’à maintenant on avait une dotation hebdomadaire de l’État”, explique Paul Dumas. Ces derniers doivent donc s’organiser pour pouvoir obtenir des masques. Damien Bureau, médecin à SOS Médecins à Sainte-Clotilde n’est pas choqué par cette mesure. Il préfère que les masques soient distribués gratuitement en priorité aux personnes les plus fragiles. 
 

Ça ne change pas grand chose car on a constitué des stocks personnels qu’on a acheté. On n’a pas attendu cette dotation de l’État. 

Damien Bureau, médecin


Il explique aussi qu’avant la crise du coronavirus, les professionnels de santé payaient leurs masques eux-mêmes et que tout le monde trouvait ça normal. En effet, pour eux, le masque est considéré comme un outil de travail.