Coronavirus : qu’est-ce que le " contact-tracing " ?

coronavirus
coronavirus contact tracing 040620
©Ministère des solidarités et de la santé
A La Réunion, 479 cas de coronavirus ont été confirmés et près de 3 700 personnes contact recensées. Une identification rendue possible par le "contact-tracing", un dispositif créé pour endiguer la propagation de l’épidémie sur le territoire.
Repérer les personnes ayant été en contact avec une personne malade de la Covid-19, c’est le principe du "contact-tracing". L’objectif : casser les chaines de transmission du virus et ainsi éviter que l’épidémie ne se propage.

Près de 3 700 personnes ont été identifiées comme personnes contact et suivies depuis le 11 mai dernier à La Réunion. Pour être ainsi considéré, il faut avoir été en contact proche avec un cas confirmé de coronavirus pendant sa période de contagiosité.
 

Qu’est-ce qu’une personne contact


Pour être une personne contact, il faut avoir partagé le même lieu de vie qu’un cas confirmé ou probable, ou avoir eu un contact direct avec un cas en face à face à moins d’un mètre, quelle que soit sa durée. Cela inclus les conversations, les repas, les flirts, les accolades ou les embrassades, mais pas le fait de croiser une personne de manière fugace.

Une personne peut aussi être considérée comme "contact" si elle a prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins avec un cas confirmé, ou si elle a partagé un espace confiné, tel qu’un bureau, une salle de réunion ou un véhicule personnel, pendant au moins 15 minutes avec un cas. Enfin, un élève ou un enseignant de la même classe qu’un cas confirmé peut être une personne contact à risque.

 

Détection des personnes contact


L’agence Régionale de Santé, appuyée par les médecins de villes et des établissements de santé, l’Assurance Maladie et Santé Publique France sont chargées de rechercher les personnes contact à risque.

Les professionnels de santé, en première ligne, contribuent au recensement en saisissant notamment les coordonnées des personnes concernées dans un système d’information. L’Assurance maladie prend ensuite le relais.
  

Suivi des personnes contact


Une fois identifiées, ces personnes sont appelées pour leur signaler leur exposition au virus et leur demander de rester confinés chez elles pendant 14 jours. Si nécessaire, il peut leur être demandé de faire un test. L’Assurance Maladie pourra, dans certains cas, délivrer des arrêts de travail.

Une cellule d’appel et de suivi actif des cas, des personnes contact isolées et des voyageurs en quatorzaine à domicile assure le suivi téléphonique. Composée de 2 à 4 agents, elle est chargée de contacter, en moyenne deux fois durant la quatorzaine, les personnes.

Elle s’assure alors de leur état de santé, du respect du suivi médical, du respect des consignes d’isolement, de la réalisation d’un test de dépistage en cours de quatorzaine et identifie les difficultés matérielles ou sociales liées à l’isolement.

Si besoin, la cellule territoriale d’appui à l’isolement et à la quatorzaine pourra apporter une assistance matérielle ou sociale. L’assistance téléphonique est assurée par la Croix Rouge
 
 

Protection des données


Les informations collectées dans le cadre du contact-tracing sont des données relevant du secret médical et leur accès est strictement réglementé. Personnel médical et paramédical de l’Assurance Maladie ou conseillers habitués à accompagner les professionnels de santé et les patients dans leur parcours de santé sont autorisés à les manipuler, car soumis au respect du secret professionnel.

A l’exception des coordonnées et du résultat du test du patient malade, les autres informations recueillies seront renseignées uniquement avec l’accord des personnes malades et de leurs contacts. Les personnes contact pourront refuser de figurer dans l’outil.

Le reportage de Johnny Lérivain et Florence Bouchou.
©Reunion la 1ère

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live