Coronavirus : le recours aux étudiants de santé fait polémique

hôpital
Le personnel du CHU de Bellepierre à Saint-Denis.
Le personnel du CHU de Bellepierre à Saint-Denis. ©Imaz Press
Des étudiants en première ligne, c’est ce que craint un syndicat hospitalier. Le CHU de La Réunion a donc précisé les modalités de recours aux étudiants de santé. Certains sont bien appelés en renfort, et peuvent intervenir auprès des patients infectés par le coronavirus.
Les étudiants de santé sont-ils trop exposés ? La question fait polémique dans les milieux hospitaliers. Des instructions ministérielles ont été données pour associer les étudiants de santé à la lutte contre le coronavirus.

Certains sont appelés en renfort, dans les Ehpad ou dans les hôpitaux, possiblement même en première ligne. Un syndicat, la FAFPHR, s’en offusque et réclame à ce que ces étudiants soient protégés. L’alerte, qu’il a lancée samedi 28 mars au soir, a trouvé réponse du CHU de La Réunion dès le lendemain.

Reportage de Loïs Mussard.
©Réunion la 1ère

 

Nos étudiants ne sont pas de la chair à canon ! "


En stage durant cette période, des étudiants infirmiers de 2ème et 3ème années de l’IFSI sont mobilisés dans des services en charge de personnes âgées, publics sensibles au Covid 19. Certains étudiants du Sud se sont aussi vu proposer dans des Ehpad d’une association, notamment à Saint-Denis, tandis que des Ehpad du CHU se trouvent dans le Sud. C’est ce qu’explique la secrétaire générale adjointe de la FAFPHR dans un communiqué paru samedi 28 mars au soir.

Pour la représentante de la Fédération Autonome de la Fonction Publique  Hospitalière de La Réunion, il ne s’agit là pas de stage, mais bien de l’utilisation des étudiants comme renfort durant cette crise sanitaire majeure. Pour le syndicat, la question de la formation spécifique au Covid-19 se pose alors.

Le syndicat s’interroge également sur les précautions qui seront prises à leur égard, notamment en matière de dépistage de ces étudiants, d’hébergement, de rémunération. " A Strasbourg, en région parisienne, …, les étudiants mobilisés dans ce contexte seront rémunérés entre 1 400 et 1 800 euros, sont pris en charge par la médecine du travail, …", argumente la représentante.
 

" S’il nous semble légitime que les autorités sanitaires soient amenées à mobiliser les étudiants de l’IFSI, futurs professionnels de santé, dans le cadre de cette gestion de crise sanitaire, il serait vraiment criminel de les mettre en 1ères lignes ! Sans formation, sans expérience, sans rémunération … sans rien !!! au sein d’Ehpad ou pire dans des unités en charge des patients Covid 19 … ?! ", conclut-elle. 

 

Les étudiants de santé participent à l’effort           


La réponse de la direction du CHU de La Réunion à la FAFPHR a été apportée le lendemain même, dimanche 29 mars, à la mi-journée.
 

" Les étudiants de santé ont un rôle crucial à jouer dans l’engagement de la communauté médicale et dans l’effort de la Nation tout entière ", ont déclaré le ministre des Solidarités et de la Santé et la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, le 18 mars dernier.


Conformément aux instructions ministérielles, le CHU de La Réunion " apportera les ressources nécessaires, en renfort des communautés médicales et soignantes, afin de répondre aux besoins sanitaires de la population réunionnaise ". Il veillera à " préserver la continuité des formations en santé ".

Ainsi, les étudiants de santé pourront être utilisés en renfort. 1 100 étudiants des filières paramédicales sont accueillis dans les instituts d’études de santé du CHU de La Réunion.

 

Des étudiants infirmiers en renfort dan les CHU et Ehpad


En conséquence, les étudiants infirmiers anesthésistes, déjà professionnels infirmiers, sont affectés en service de réanimation du CHU Nord depuis le 16 mars.

Les étudiants en soins infirmiers ont vu leur stage suspendus le 16 mars, puis affectés selon les besoins, en concertation avec l’ARS. 8 étudiants de 2ème et 3ème année sont effectivement effectuent actuellement leur stage au sein des deux Ehpad de l’ASFA de Saint-Denis, 8 étudiants de 3ème année au sein du CHU Sud et 2 étudiants se trouvent à la Fondation Père Favron à Saint-Pierre, à compter de ce lundi 30 mars. Des demandes sont en cours de traitement pour d’autres structures, telles que l’AURAR.

Ceux qui ne sont pas en stage doivent pouvoir rester joignable, et pouvoir rejoindre un lieu de stage défini par l’ARS, le Doyen et les directeurs des instituts, précises les instructions ministérielles.

                                                

Des mesures de protection identiques aux autres soignants


Le CHU de La Réunion le dit :
 

" Les étudiants affectés sur les structures sanitaires peuvent donc être amenés à intervenir auprès des patients infectés par le coronavirus ".


L’établissement assure que les étudiants mobilisés bénéficient des mêmes règles de protection individuelles et de la même formation spécifique sur les mesures de protection "Covid-19" que l’ensemble du personnel soignant.

Les étudiants de santé ont, comme les personnels de santé de la Réunion et les internes, accès à la cellule Médico-Psychologique, mise en place par le CHU, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, informe la direction. Cette cellule a vocation à soutenir et accompagner les agents dans la gestion de leur stress.