Coronavirus : une religieuse positive un mois après son arrivée à Mada

coronavirus
Des médicaments pour soigner la religieuse à Fort-Dauphin
Des médicaments ont été acheminé par avion à Fort-Dauphin pour soigner la religieuse et prévenir une épidémie ©Capture d'écran l'Express de Madagascar
Une religieuse étrangère, arrivée le 19 mars, vient d'être testée positive au Covid-19 après un mois passée en quarantaine. Pourtant à sa descente d'avion comme à sa sortie de quarantaine, elle avait été soumise aux examens, tous négatifs. La soeur, qui avait voyagé avec elle, était positive. 
Une religieuse de Taolagnaro (Fort Dauphin) vient d'être testée positive au Covid-19. Pourtant, cette sœur, arrivée de l'étranger le 19 mars 2020 par un vol d'Air France, avait été testée négative à sa descente d'avion. Avant de lui permettre de rejoindre le Sud de la Grande île, les autorités l'avait confinée dans une chambre d'hôtel de Tananarive. À nouveau négative, après 14 jours elle avait pu s'envoler vers sa destination finale.

Malgré toutes ces précautions, la religieuse avait, à nouveau, été placée en quarantaine au début du mois d'avril. Finalement, cette énième confinement, qui pouvait être considéré superflu, s'est avéré judicieux, la religieuse étant positive.
 

Positive après un mois en quarantaine


Le 23 avril 2020, la nouvelle est tombée ! Test positif au Covid-19. Ce qui devait être une simple formalité est devenu un véritable événement. La patiente ne peut pas être suspectée du moindre écart. Si l'on retrace son parcours, elle aurait été infectée par la religieuse avec qui elle a voyagé. L'interrogation porte, alors, sur la durée d'incubation du virus. 

Pour les responsables de la sécurité sanitaire malgache, ce long laps de temps s'explique : "Nous pensons qu'elle avait déjà contracté le virus avant de débarquer à Madagascar, mais que ses anticorps ont résisté", selon Jerry Hatrefindrazana, gouverneur d'Anosy.
 

De nombreuses questions sans réponse sur le Covid-19


Cette explication remettrait en cause la période de 14 jours de mise à l'écart. La professeur Hanta-Marie-Danielle Vololontiana, porte-parole du commandement opérationnel Covid-19 penche pour un cas contact, explique L'Express de Madagascar"Avec les transmissions communautaires, tout est possible. Le virus est invisible"

La scientifique admet tout de même que de nombreuses interrogations demeurent autour du Covid-19. Elle indique que cet incident doit servir d'avertissement aux personnes testées négatif et aux patients guéris : "Ils doivent faire très attention".  
Les Outre-mer en continu
Accéder au live