réunion
info locale

Correctionnelle : 8 mois avec sursis requis contre le professeur amoureux de son élève

justice
Chambre correctionnelle de Saint-Denis (La Réunion)
Chambre correctionnelle de Saint-Denis (La Réunion). ©Antoine Garnier
Le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis à l'encontre de Philippe Ghanty, ex-enseignant en collège, poursuivi pour atteinte sexuelle sur mineur. En 2017, l'homme âgé de plus 30 ans avait entretenu une relation avec une ancienne élève mineur. Le délibéré sera rendu le 12 février 2019.
La loi est dure, mais c'est la loi ! Parfois, cette formule d'origine latine (dura lex, sed lex) évite de se poser des questions sans réponse. C'est particulièrement vrai quand un adulte est poursuivi pour atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans, en l'espèce 14 ans. 
Comme souvent, dans ce genre de dossier, le prévenu parle de relation amoureuse, quand l'accusation affirme qu'il a usé de son autorité pour parvenir à ses fins. Le code pénal permet d'éviter cet écueil et dit simplement qu'un adulte ne peut pas avoir de relation sexuelle avec un ou une mineur(e).
Ce mardi 22 janvier 2019, Philippe Ghanty, ex-professeur de collège, comparaissait pour avoir entretenu une relation intime avec une ancienne élève qui, en 2017, était âgée de 14 ans.
 

Professeur et candidat du FN


Pour la partie civile, comme pour l'accusation, l'accusé est un manipulateur. Il aurait abusé de sa position pour détourner son ancienne élève et entretenir une relation qui n'était pas amoureuse. En conclusion, le représentant du ministère public a requis 8 mois de prison avec sursis à l'encontre de Philippe Ghanty 
La défense a plaidé le consentement de la mineure. L'avocat a d'ailleurs noté que le parquet poursuivait son client pour atteinte sexuelle et non pour viol. 
La personnalité du prévenu pèse lourd dans ce dossier, Philippe Ghanty était enseignant en collège et l'un des dirigeants du Front national à La Réunion
Quel sera le poids de ces deux fonctions dans la décision du tribunal. Le délibéré sera rendu le 12 février 2019 nous apprend Gaël Le Dantec journaliste radio pour Réunion la 1ère.
Publicité