réunion
info locale

Dans les coulisses de la gendarmerie des transports aériens à La Réunion [REPORTAGE]

sécurité
Inédit... à l'aéroport
©Bla Bla Prod / Bis Répétita
Lutter contre toutes formes de criminalité, les trafics, et assurer la sûreté et la sécurité : leurs missions sont nombreuses. Réunion La 1ère vous emmène dans le quotidien des gendarmes des transports aériens à La Réunion.  
Le lieu est confidentiel et très sécurisé. Rares sont les personnes qui y pénètrent. La brigade de gendarmerie des transports aériens de La Réunion est basée à l’aéroport Roland Garros à Saint-Denis.

En immersion complète dans cette brigade spécialisée, Réunion La 1ère suivi ces militaires au quotidien. Écoutez ci-dessous le reportage de Nadine Bachelot avec la collaboration technique de François Mazzoni : 

Une base sécurisée 

Il est 7h du matin. Toutes les personnes qui doivent intervenir sur la piste vont passer devant Flavie Lauret, seule femme de la BGTA à La Réunion. "Lorsque de nouvelles personnes arrivent, nous les passons au fichier", explique la jeune femme de 23 ans, gendarme adjoint volontaire. Toutes les identités sont vérifiées. Ce jour-là, une société doit intervenir pour faire des travaux sur la piste. Ce sera donc un badge vert pour les accès temporaires et un rouge pour les permanents.
 
Dans les coulisses de la BGTA
©Nadine Bachelot
 

Les missions

L’unité de gendarmerie des transports aériens à La Réunion est née il y a 65 ans. A l’époque, sa mission principale était la surveillance des zones aéroportuaires. Au fil du temps, la gendarmerie des transports aériens de La Réunion est devenue une institution de référence et est désormais un partenaire incontournable de l’aviation civile.

Ses missions sont la sûreté, la lutte contre toutes formes de criminalité, comme la menace terroriste, la lutte contre le trafic de stupéfiants mais aussi les investigations suite aux accidents aériens. Pour les militaires de cette unité, l’aviation est une passion, la sécurité et la sûreté sont des missions.
 
Aéroport Roland Garros 20160509_02
©Réunion 1ère (Célia Cléry)
 

Le vol MH370

De l’ouverture d’une enquête après la chute d’un drone dans l’enceinte de la prison du Port, aux contrôles d’aéronefs, d’ULM, ou de gros porteurs en partance pour la métropole : les journées des militaires sont bien remplies. Ils peuvent aussi être amenés à contrôler les bagages dans les soutes des avions. Ces gendarmes sont aussi aptes à conduire des enquêtes judiciaires lors d’accidents ou de catastrophes aériennes. Cela a notamment été le cas lorsqu’un morceau du vol MH 370 a été retrouvé sur les côtes de l’Est de La Réunion.
 
Publicité