Cour d’Assises : 23 ans requis à l'encontre de Patrick Lao-Kan pour le meurtre de sa concubine en 2018

justice
Cour d'assises de saint-denis
La cour d'assises de Saint-Denis. ©Imaz Press

Un drame de la séparation devant la cour d’Assises depuis hier, jeudi 25 février. Patrick Lao-Kan comparaît pour le meurtre de sa concubine, Alexandrine Silloz, 42 ans, mère de trois enfants, tuée de plusieurs coups de couteau en 2018 au Chaudron. Une peine de 23 ans de réclusion a été requise

Agé de bientôt 50 ans, Patrick Lao-Kan est devant la cour d’Assises depuis hier, jeudi 25 février. Il comparaît pour le meurtre de sa concubine Alexandrine Silloz, 42 ans.

Mère de trois enfants, elle a été tuée de plusieurs coups de couteau en juillet 2018 dans l'appartement familial du Chaudron, à Saint-Denis. Patrick Lao-Kan encourt la réclusion criminelle à perpétuité mais l'avocat général a requis à son encontre ce vendredi 26 février une peine de 23 ans de réclusion criminelle assortie d'un suivi socio-judiciaire de 5 ans.

Le verdict sera rendu dans la journée.

Poignardée en plein cœur

Depuis deux ans et demi, la famille d’Alexandrine Silloz est dans l’incompréhension. L’entourage a toujours décrit un couple sans histoire. Pourtant, le 16 juillet 2018, Alexandrine Silloz est tuée de plusieurs coups de couteau. Patrick Lao-Kan ne lui a laissé aucune chance. Après son geste, il a tenté de mettre fin à ses jours, mais il échappera à la mort après plusieurs semaines de coma.

Un drame de la séparation

La jalousie pourrait bien être le mobile. Le quinquagénaire n'aurait pas accepté la séparation. Patrick Lao-Kan avait découvert qu'Alexandrine Silloz entretenait une relation avec un autre homme, via Facebook. Elle lui avait demandé de quitter le domicile, mais il avait refusé. Il semblerait qu'Alexandrine projetait même de partir en métropole.

Patrick Lao-Kan a toujours évoqué la légitime défense. Une version qui ne tient pas la route. Alexandrine Silloz a été poignardée en plein cœur.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live