Couvre-feu de 21h à 5h au 1er janvier, retour des jauges, ce qu’il faut retenir des annonces du préfet de La Réunion

coronavirus
Saint-Gilles sous couvre-feu à La Réunion.
Saint-Gilles sous couvre-feu à La Réunion. ©Imaz Press
Le préfet de La Réunion annonce de nouvelles mesures de restriction à La Réunion. Le département, en état d’urgence sanitaire, sera sous le coup d'un couvre-feu de 21h à 5h à partir du 1er janvier. Le détail des restrictions.

La situation est de nouveau inquiétante ", et oblige à renforcer les mesures, indique le préfet de La Réunion ce mercredi 29 décembre. Des mesures de " riposte à la vague épidémique", dit-il, adaptées au contexte du département, et rendues possibles par l’instauration de l’état d’urgence sanitaire depuis le mardi 28 décembre.

La Réunion fait face à une accélération épidémique. Le taux d’incidence est désormais de 740 cas pour 100 000 habitants, contre 561 cas / 100 000 la semaine dernière.

Nous sommes dans la vague Omicron "

" La situation change de jour en jour. Nous y sommes, nous sommes dans la vague Omicron. Depuis 2 jours, la moyenne est de 1 250 cas par jour, près d’un cas sur 4 criblés est potentiellement un cas de variant Omicron. Nous entrons bel et bien dans la vague Omicron. Le seuil des 2 000 cas par jour sera dépassé. "

Martine Ladoucette, directrice de l'ARS de La Réunion

 

Martine Ladoucette évoque une situation inédite par son ampleur en risque de contamination, mais " ne doit provoquer ni panique ni insouciance ". Le variant Omicron deux fois plus contagieux que le variant Delta, selon l’OMS. " Mais on sait aussi qu’il n’est pas plus dangereux, et même le contraire ", ajoute-t-elle.

Couvre-feu, retour des jauges, télétravail obligatoire…

Des mesures fortes doivent être prises en urgence, en complément des mesures nationales annoncées par le Premier ministre et de celles déjà en vigueur à La Réunion, a indiqué Jacques Billant.  

Il annonce, à compter du samedi 1er janvier, pour 3 semaines :

  • Un couvre-feu de 21h à 5h, du samedi 1er janvier jusqu’au dimanche 23 janvier inclus. Seules les personnes justifiant d’un motif impérieux pourront se déplacer durant les horaires de couvre-feu. Une attestation, un justificatif et une pièce d'identité seront alors demandés. Les établissements recevant du public peuvent accueillir de la clientèle jusqu'à 21h. Les stations-services peuvent poursuivre leur activité suivant leurs horaires habituels, exclusivement pour la vente de carburant.
  • L’interdiction des événements et des rassemblements sur la voie publique, à l’exception des manifestations revendicatives et cultuelles et des marchés forains d’alimentation. Elle concerne les événements culturels ou commerciaux, tels que les brocantes, les vide-greniers ou les braderies.  
  • L'interdiction des rassemblements festifs privés dans les établissements recevant du public, tels que les salles des fêtes communales et les gymnases municipaux.
  • Le retour des jauges dans tous les établissements recevant du public. Elles seront mises en place en fonction de la surface des établissements, pour l’ensemble des commerces et des marchés. Pour les marchés forains couverts elle s’établie à 8m² par personne, pour les marchés forains de plein air à 4m² par personne. Pour les commerces inférieurs à 10m², un seul client peut être accueilli, pour les commerces entre 10 et 400 m², 10 m² par client et les commerces supérieurs à 400 m², 75% de la capacité maximale d’accueil.
  • Les bars, restaurants, cinémas, salles de spectacle, musées, bibliothèques, établissements sportifs, parcs zoologiques, salons, foires, couverts et non-couverts seront également soumis à une jauge de 75% de la capacité maximale d’accueil. Dans les bars, restaurants et hôtels, les tables seront limitées à 6 personnes.
  • L'interdiction des concerts debout à compter du 3 janvier pour une période de 3 semaines, par décret à paraître.

Des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur

Ces nouvelles mesures viennent compléter les mesures déjà en vigueur dans le département, a insisté le préfet de La Réunion :

  • Port du masque obligatoire dans tout l’espace public
  • Interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes, des pique-niques et des bivouacs
  • Interdiction du transport de matériel de sonorisation, des prestations d’animation de soirée et d’activités de traiteur dans le cadre des activités festives à domicile
  • Interdiction des activités de danse dans tous les établissements recevant du public
  • Fermeture des discothèques
  • Interdiction de la consommation de nourriture et de boisson debout dans tous les établissements recevant du public ou lors des manifestations. Cette consommation doit se faire à table.
  • Interdiction des réveillons sur l’espace public et dans les lieux habituellement consacrés sur l’espace public
  • Interdiction des regroupements ou manifestations festives en marge du Nouvel an sur la voie publique
  • Interdiction des feux d’artifice le 31 décembre

Conformément aux annonces faites par le Premier ministre, le préfet de La Réunion demande à toutes les administrations et entreprises de veiller, quand cela est possible, à mettre en place 3 jours de télétravail par semaine minimum.

Jacques Billant va demander aux forces de l’ordre de renforcer leurs contrôles sur le respect du port du masque, sur l’absence de rassemblement dans l’espace public, sur les contrôles du pass sanitaire dans les établissements recevant du public et également sur les contrôles des faux pass sanitaires.

La vaccination pour réduire la tension hospitalière

60 000 Réunionnais de plus de 50 ans sont particulièrement à risque parce qu’ils ne sont pas vaccinés, ou n’ont pas bénéficié de leur rappel au moins 4 mois après leur deuxième dose, a dit Martine Ladoucette. Les non-vaccinés sont aussi à risque, insiste la directrice de l’ARS de La Réunion.

En une semaine, les admissions en réanimation ont presque triplé. Pour permettre davantage d’hospitalisations, et arriver à 107 lits de réanimation contre 89 actuellement, il faudrait fermer 13 salles de bloc opératoire sur l’île et renoncer à de nombreuses opérations chirurgicales programmées, prévient Martine Ladoucette.

Deux doses du vaccin ne suffisent plus contre le variant Omicron, il faut bénéficier la dose de rappel dès le 3ème mois après la deuxième dose, explique-t-elle. 290 000 Réunionnais sont donc, aujourd’hui, éligibles à la dose de rappel. La vaccination à 3 doses est efficace à près de 70% contre le variant Omicron, affirme la directrice de l’ARS.

Toute personne âgée de plus de 18 ans, qui aura reçu une deuxième dose depuis 6 mois au moins devra nécessairement faire son rappel pour garder son pass sanitaire. Le délai de 6 mois sera ramené à 4 mois dès le 4 février 2022, si le projet de loi actuellement examiné à l'Assemblée nationale est adopté, précise la directrice de l’ARS.

" La vaccination protège encore contre les risques de contamination, mais plus suffisamment à elle seule, surtout contre le variant Omicron. Donc le respect des gestes barrière est plus que jamais indispensable. "

Martine Ladoucette, directrice de l’ARS de La Réunion