Covid-19 à La Réunion : un allègement des mesures sanitaires, mais toujours pas de levée des motifs impérieux

transports
L'aéroport de Gillot.
L'aéroport de Gillot. ©Imaz Press

Les motifs impérieux seront-ils levés dans les semaines qui viennent ? Jeudi, le préfet de La Réunion a présenté un plan progressif d’allègement des mesures sanitaires dans l’île, mais rien n’a été mentionné sur les motifs impérieux en vigueur depuis le 28 janvier. Le point ici.  

Les Réunionnais pourront-ils voyager dans les semaines qui viennent ? Et notamment pour les vacances de juillet et août prochains ? Ces questions restent encore sans réponse, ce vendredi 7 mai.

Aucune réflexion avant le 19 mai

Hier pourtant, le préfet de La Réunion, Jacques Billant, a présenté son plan "progressif" d’allègement des mesures sanitaires dans l’île. Cependant, il n’a pas été question des motifs impérieux.

Selon nos informations, à partir du 19 mai, il pourrait se pencher sur un allègement éventuel des motifs impérieux pour les voyages entre La Réunion et l'Hexagone. Pour cela, il attend d’en savoir davantage sur l’évolution de la situation sanitaire dans l’île, dans les semaines qui viennent.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère : 

Toujours pas de levée des motifs impérieux : l’incertitude dans les agences de voyage

 

Les agences de voyage toujours fermées

En attendant, les agences de voyages de La Réunion ont leur rideau baissé depuis plus d’un an. Elles n’accueillent plus de public, mais répondent encore par téléphone et par mail. Pourtant, en "période hors-covid", ce mois de mai est important pour les agences de voyages de La Réunion. "En théorie, c’est le rush, nous organisons les vacances scolaires de juillet et août avec les voyages dans l’Hexagone et les circuits en Europe", explique Latifa Badat, conseillère voyage dans une agence du chef-lieu.

Impossible de se projeter

Mais cette année encore en raison du Covid-19 et des motifs impérieux, c’est le calme plat. "Pour le moment, les gens ne réservent pas pour juillet et août, car il est impossible pour eux de se projeter, explique Latifa Badat. Ils ont envie de voyager, mais ils sont bloqués par ce problème sans fin des motifs impérieux. Nous n’avons même pas une date de levée des motifs. Nous sommes tous dépendants des annonces du préfet".

Motifs impérieux depuis le 28 janvier

Depuis le 28 janvier dernier, impossible de voyager entre La Réunion et l’Hexagone si vous n’avez pas de motifs impérieux. Les voyages sont aussi impossibles dans la zone. Déjà en place durant plusieurs mois l’an dernier, les motifs impérieux avaient été rétablis en janvier suite à la l’apparition du variant sud-africain du coronavirus à La Réunion.

Depuis, les liaisons aériennes sont limitées. Les passagers qui veulent voyager doivent effectuer des démarches en ligne pour justifier de leurs motifs impérieux.

Quelles démarches ?

Les modalités de déplacement à destination ou en provenance de La Réunion sont les suivantes :

1. Les voyageurs doivent renseigner un formulaire de demande sur la plateforme   « MesDémarchesSimplifiées » au plus tard 6 jours avant le vol. Les demandes adressées par mail ou déposer en préfecture au format papier ne seront pas prise en compte.

2. Un récépissé est adressé en retour dès l’enregistrement du formulaire et des pièces justificatives

3. La demande de déplacement est instruite et les pièces justificatives vérifiées. La préfecture peut notifier un avis favorable ou défavorable au déplacement. Sans retour dans les 48 heures qui précédent le vol, l’avis est considéré favorable.

4. A l’embarquement, les voyageurs doivent présenter :

  • l’avis émis par la préfecture ou à défaut le récépissé de la demande,
  • les justificatifs du motif impérieux de déplacement,
  • la fiche de contact-tracing,
  • le résultat négatif d’un test RT-PCR réalisé dans les 72 heures avant embarquement,
  • l’attestation précisant l’absence de symptômes et l’engagement sur l’honneur à réaliser une septaine et un test RT-PCR à J+7.