Covid-19 : au moins douze cas du sous-variant BA.2 identifiés à La Réunion

coronavirus
Au moins douze cas du sous-variant BA.2 identifiés à La Réunion.
Au moins douze cas du sous-variant BA.2 identifiés à La Réunion. ©Imaz Press
Spécialiste du séquençage, le docteur Patrick Mavingui annonce qu'au moins douze cas du nouveau sous-variant BA.2 ont été confirmés à La Réunion. Ce sous-variant est identifié dans l'île, alors que pour la première fois depuis trois mois, le nombre de nouveaux cas n’augmente pas.

Au moins douze cas du sous-variant BA.2 ont été identifiés à La Réunion.

Au moins douze cas

Spécialiste du séquençage, le docteur Patrick Mavingui annonce que deux cas de ce nouveau variant ont été confirmés durant la première semaine de janvier, par l'unité UMR Pimit de l'Université de La Réunion. Le CHU Nord a également identifié dix cas de ce sous-variant BA.2.

"Nous sommes donc à douze cas à l'heure actuelle, mais nous séquençons qu'1 % de l'ensemble des cas criblés, donc ça veut dire qu'il y en a d'autres", explique le docteur Patrick Mavingui, de l'unité UMR Pimit de l'Université de La Réunion.

Plus contagieux qu'Omicron

"Ce sous-variant est 1,5 fois plus contagieux qu'Omicron, poursuit le docteur Patrick Mavingui. Toutefois, l'observation actuelle ne montre pas plus de gravité ou de sévérité des cas".

Ce sous-variant a été détecté pour la première fois en France, le 14 décembre dernier. Il est déjà présent dans plusieurs pays comme au Danemark et en Inde où il représente la majorité des infections au Covid-19. Selon les autorités danoises, BA-2 est "plus transmissible, mais pas plus grave".

Une légère baisse du nombre de nouveaux cas

Ce nouveau variant est identifié alors que l'île est peut-être face à une lueur d'espoir. La préfecture et l'Agence Régionale de Santé communiqueront sur les derniers chiffres de l'épidémie, ce mardi 1er février, mais déjà Santé Publique France annonce un nombre de nouveaux cas en légère baisse ces derniers jours.

C'est la première fois depuis trois mois que le nombre de nouveaux cas n’augmente pas. Il y a une très légère diminution du taux d’incidence entre les 24 et 27 janvier. Après avoir dépassé 5400 cas pour 100 000 habitants, le taux d'incidence passe à 5300 au 27 janvier.

Le pic de la vague Omicron est-il atteint ?

Reste à savoir si le bilan hebdomadaire de l’Agence régionale de Santé confirmera ce soir cette inversion de tendance. Si c'est le cas, l'île peut espérer avoir atteint le pic de la vague Omicron. Toutefois, avec un taux d'incidence à 5300, La Réunion reste département de France avec le plus haut taux d’incidence.

De plus, le taux de positivité baisse légèrement sur les derniers jours : après avoir atteint 40% le 24 janvier, il est redescendu à 38,5% trois jours plus tard. La situation reste en revanche tendue à l’hôpital où 83 patients Covid sont en réanimation et 354 patients sont hospitalisés en unité Covid. Il n’y en a jamais eu autant.

Deux options se profilent : soit la très légère diminution du nombre de cas s'accélère dans les prochains jours, soit un plateau très haut s'installe et provoque pendant plusieurs semaines encore de nombreuses hospitalisations et des décès.