réunion
info locale

Covid-19 : les cloches de toutes les églises sonneront aujourd'hui pendant dix minutes

coronavirus
Eglise 2.0 de Sainte-Marie - 2
Eglise 2.0 de Sainte-Marie ©Eglise 2.0
A 19h30 ce mercredi 25 mars, les églises de La Réunion sont invitées à faire sonner leurs cloches pendant 10 minutes. Une action qui aura également lieu dans toutes les églises de France en message d'espoir alors que le Covid-19 sévit. Monseigneur Gilbert Aubry lance un appel
En cette période de confinement, l’Église doit adapter ou réinventer ses propositions pour vivre sa foi et continuer son chemin de Carême indique le diocèse par voie de communiqué. En s’appuyant sur les propositions du Pape François et de la conférence des évêques de France, l’évêché de La Réunion annonce des liturgies spéciales durant les jours à venir :


Mercredi 25 mars, fête de l'annonciation


À midi (heure locale), les fidèles sont invités à dire un Notre Père. Midi, c’est l’heure de l’Angélus, ce moment de la journée où les chrétiens se souviennent de l’annonce faite à Marie de la venue de Dieu parmi l’humanité. Ceux qui le peuvent sont invités à continuer ensuite à prier l'Angélus chaque jour, seuls ou en famille.

À 19h30 (heure locale), les églises sont invitées à faire sonner les cloches pendant 10 minutes, pour manifester fraternité et espoir. Tous ceux qui le voudront peuvent allumer des bougies à leur fenêtre.

Pendant ce temps, les fidèles pourront relire le passage de l’évangile selon saint Luc (Lc 1 26-38) qui évoque le message de l’ange Gabriel et le oui de Marie. Ceux qui le peuvent pourront ensuite prier une dizaine de chapelet.

Ecoutez le message de Monseigneur Gilbert Aubry dans le journal de Pascal Souprayen:
 
 

Vendredi 27 mars, 4ème semaine de carême


A 21h (heure de La Réunion), le pape François présidera un temps de prière sur le parvis de la basilique Saint-Pierre. Puis, il donnera la bénédiction Urbi et Orbi (« à la ville et au monde »), à laquelle sera attachée la possibilité de recevoir l’indulgence plénière. Une bénédiction exceptionnelle, puisqu’elle n’est normalement prononcée qu’à Noël, à Pâques et lors de l’élection d’un nouveau Souverain pontife.
Dans l'après-midi, chemin de croix à la maison. Les fidèles qui ont en leur possession les chemins de croix du diocèse peuvent le méditer en famille ou personnellement chaque vendredi de carême durant l’après-midi.

DIMANCHE 29 MARS, 5 ET 12 AVRIL

À 10 heures, messe en direct de l’Église 2.0 retransmise sur Réunion La 1ère.
 


Communiqué du Diocèse sur les obsèques


La crise du COVID-19 s’aggravant, le texte de loi sur l’État d’urgence sanitaire ayant été voté samedi 21 mars et paru au Journal Officiel ce jour 24 mars, toutes les églises seront fermées à partir de mercredi 25 mars 2020. Elles ne seront ouvertes qu’au moment des obsèques.

"Célébration des obsèques
Se désinfecter les mains avant et après. Les obsèques peuvent être célébrées mais sans messe
  • à la maison
  • à l'église
  • au cimetière
Si à la maison, veiller à ce que ce soit avec la famille rapprochée, respecter les gestes-barrière, ne pas toucher le mort, ne pas toucher le cercueil.

Si à l'église, le président de la célébration, prêtre ou diacre, est déjà derrière l'autel. Si le président est un laïc, il est déjà devant l'autel dans le chœur. Le président ne descend pas pour « accueillir le corps ». Il officie derrière ou devant l'autel dans le chœur. Les pompes funèbres déposent le cercueil à l'entrée de l'église mais ne conduisent pas le cercueil devant le chœur. Les agents des pompes funèbres restent à la porte. C'est la famille qui conduit le cercueil devant le chœur. L'assemblée doit être restreinte. Une vingtaine de personnes au maximum. Les membres de l'assemblée sont éloignés les uns des autres. Pour la bénédiction avec l'eau bénite, le président se met devant l'autel à l'avant du chœur. Il ne descend pas jusqu'au cercueil. Il est le seul à toucher le bénitier et le goupillon. Pour l'encensement c'est la même chose.

À la fin de la célébration, pour la vénération du défunt par des membres de la famille : ne pas faire bénir avec l'eau bénite. Les personnes viennent à leur tour sans faire une file indienne serrée, garder les distances. La personne qui arrive devant le cercueil ne touche pas le cercueil, elle s'incline et fait un signe de croix sur elle-même. Le président des obsèques ne « raccompagne » pas le corps jusqu'à la porte de l'église, c'est la famille qui le fait et le confie aux pompes funèbres pour la suite. Les fidèles qui ont participé aux obsèques ne présentent pas leurs condoléances aux membres de la famille. Il n'y a pas d'attroupement devant les églises. Chacun rentre chez soi."