Crise sanitaire à La Réunion : prolongation jusqu'au 31 août du confinement partiel et du couvre-feu décalé à 19h

coronavirus
Le préfet de La Réunion, Jacques Billant.
Le préfet de La Réunion, Jacques Billant. ©Imaz Press
Le préfet de La Réunion annonce, ce jeudi 12 août, la reconduction du confinement partiel et du couvre-feu jusqu’au 31 août. Le couvre-feu est décalé à 19h pour tenir compte de la rentrée scolaire qui a lieu lundi prochain. Le point sur les annonces.

Lors d’une conférence de presse, jeudi 12 août, le préfet de La Réunion a fait de nouvelles annonces. "Le pire est peut-être en train d’être évité, a déclaré Jacques Billant. Nous sommes à la croisée des chemins et l’effort doit être poursuivi pour ne pas faire peser davantage de pression sur nos services hospitaliers".

Faisant allusion à la situation dramatique aux Antilles, le préfet a affirmé la nécessité d’être prudent dans la gestion de la crise sanitaire dans l’île.

Reconduction du confinement et du couvre-feu

Face à "une situation grave", Jacques Billant annonce une prolongation du confinement partiel et du couvre-feu jusqu’au 31 août. Ces mesures de freinage d’urgence étaient actuellement en vigueur jusqu’au 16 août par arrêté préfectoral. "Ces deux semaines supplémentaires doivent nous permettre de freiner la courbe épidémique et de passer le cap de la rentrée scolaire", ajoute Jacques Billant.

Regardez un extrait ici :

 

Le couvre-feu décalé à 19 heures

Le préfet a toutefois décidé de décaler, dès lundi, l’heure de mise en œuvre du couvre-feu à 19 heures "pour que chacun puisse regagner son foyer dans les temps". 

Le préfet refera un point à l’issue de la semaine de rentrée scolaire qui aura bien lieu lundi prochain, le 16 août.

Renforcement des contrôles du pass sanitaire

Par ailleurs, le préfet estime que l’entrée en vigueur du pass sanitaire "est une lueur d’espoir". "Mis en place à La Réunion, il doit permettre de rouvrir des accès sans risques à des espaces de convivialité tels que les bars et les restaurants", assure-t-il.

Le préfet annonce toutefois un renforcement des contrôles du respect de mise en œuvre du pass sanitaire dans ces établissements recevant du public.

Retrouvez l'intégralité de la conférence de presse ici :

 

Pas de pass sanitaire dans les grands centres commerciaux

En revanche, Jacques Billant a décidé de "différer dans le temps la mise en place du pass sanitaire dans les centres commerciaux de plus de 20 000 m²". Il estime que les "jauges drastiques en vigueur" dans ces grands centres sont suffisantes. Pourtant, mercredi, le gouvernement avait demandé aux préfets de mettre en place le pass sanitaire dans ces grands centres commerciaux dans les départements où le taux d'incidence dépasse les 200 cas pour 100 000 habitants. 

La rentrée scolaire lundi prochain

Durant cette conférence de presse, la rectrice de l’Académie de La Réunion, Chantal Manès-Bonnisseau a aussi pris la parole pour confirmer la rentrée scolaire du 16 août prochain. "Le retour à l'école sera protégé et se fera en présentiel", affirme la rectrice qui annonce la reconduction des mesures sanitaires renforcées dans les écoles et établissements scolaires. Aération des locaux, lavage des mains, port du masque pour le personnel et les élèves à l'intéreur dès l'élémentaire, limitation des brassages par niveau, désinfection des surfaces touchées et des tables du réfectoires : toutes ces mesures resteront donc en vigueur.

Des campagnes de vaccination seront organisées dans les établissements scolaires. Dans le premier degré, des campagnes de tests salivaires et antigéniques seront réalisées dans les écoles des zones où le virus circule activement. La rectrice de l'Académie de La Réunion rappelle que "le pass sanitaire ne s'applique pas aux écoles et aux établissements scolaires, et que la vaccination n'est pas obligatoire pour le personnel de l'éducation nationale".

Par ailleurs, elle demande aux établissements scolaires d'établir toujours des plans de continuité pédagogique en cas de fermeture de classes ponctuelles ou d'éventuelles mesures de réduction des jauges. 

Des indicateurs qui pourraient s’améliorer

Les indicateurs restent inquiétants dans l’île. Mardi dernier, les autorités ont annoncé le décès de dix patients entre le 31 juillet et le 6 août, ainsi que 3 590 nouveaux cas de Covid-19. Le taux d’incidence hebdomadaire est encore en forte augmentation et atteint 420,5/100000 habitants. "Du jamais vu dans notre île, a souligné le préfet. La propagation du variant Delta est une réalité et n’a épargné aucune commue".

Toutefois selon lui, "les mesures de freinages, que sont le couvre-feu et le confinement partiel, font état de premiers effets positifs sur les quatre derniers jours, avec un taux d’incidence qui redescend sous la barre des 400 pour 100 000 habitants, à 385/100 000 ". 

La pression hospitalière

"L’évolution de la situation reste maîtrisée et maîtrisable à la réunion, très loin de la situation catastrophiques, aux Antilles et en Polynésie, assure de son côté, la directrice générale de l’Agence Régionale de Santé, Martine Ladoucette. Mais la situation reste dégradée. Le virus circule encore trop vite et trop fort parmi toutes les tranches d’âge de la population et dans toutes les communes".

Dans les hôpitaux, il y a 46 lits de réanimation occupés chaque jour, en moyenne. La directrice générale de l’ARS affirme qu’une "personne sur cinq en réanimation à moins de 44 ans. Et 20 % n’ont pas de comorbidité". "Les victimes en réanimation ne sont pas des cas et des statistiques, mais des personnes qui ont souffert gravement et longuement de cette maladie et en ont parfois perdu la vie", a ajouté Martine Ladoucette.

Regardez un extrait ici :

 

50 % des Réunionnais vaccinés d'ici le 31 août

Elle précise que sur les 40 personnes décédées en juillet dernier, 32 n'étaient pas vaccinées et trois avaient un schéma vaccinal complet. De plus, elle ajoute qu'à La Réunion, 85% des personnes testées positives en juillet n'étaient pas vaccinées et 2% vaccinées. 

L'ARS encourage la vaccination et affirme que d'ici le 31 août, 50 % des Réunionnais seront vacinnés. "Actuellement, un Réunionnais sur deux a reçu au moins une dose de vaccin", assure Martine Ladoucette.