Cycliste décédé à Saint-Louis : une pétition pour aménager des pistes cyclables dans l’île

accidents
Bande cyclable à La Réunion (photo d'illustration)
Bande cyclable à La Réunion (photo d'illustration) ©Imaz Press Réunion
Dimanche 20 novembre, un cycliste a perdu la vie à Saint-Louis. Agé d’une quarantaine d’années, il a été percuté par une voiture dans le secteur du Gol. Le jour-même, une pétition a été lancée afin de dénoncer une portion de route dangereuse, sans piste cyclable sécurisée.

Suite à l’accident mortel qui a coûté la vie à un cycliste dimanche 20 novembre à Saint-Louis, Gérald Seurin, membre de l’association Vélotaf, a lancé une pétition. Dans cette dernière, il demande que des mesures soient prises sur cette portion de route entre l’Etang-Salé et Saint-Louis. "C’est une zone dangereuse qui est connue depuis de nombreuses années. Ça ne fait pas deux ans ni trois ans" déplore-t-il. "Nous demandons à ce que les élues responsables de cette zone-là, la maire de Saint-Louis et la présidente de Région, se mettent autour d’une table et lèvent les blocages qui, jusqu’à maintenant, ont empêché la construction de cet aménagement sécurisé".

L’interview de Gérald Seurin sur Réunion La 1ère :

Invité plateau Gérald Seurin : une pétition lancée après le décès d’un cycliste à Saint-Louis

 

Une portion de route dangereuse, sans piste cyclable sécurisée

Le secteur est jugé dangereux par les signataires de la pétition, car il est dépourvu d’une "piste cyclable sécurisée. Si une piste cyclable avait été aménagée comme nous le demandons depuis plusieurs années entre le rond-point de l'usine du Gol et Pont Mathurin, cela ne serait pas arrivé" insiste Gérald Seurin.

Le cycliste décédé, âgé d’une quarantaine d’années, a en effet été renversé dimanche dernier dans le secteur du Gol, par un automobiliste. Ce dernier, qui avait bu et consommé des stupéfiants, a été placé en détention provisoire. Le jeune homme âgé de 21 ans sera par ailleurs jugé le 18 janvier prochain pour homicide involontaire aggravé.

Toutefois, la famille de la victime et les associations dénoncent une portion de route dangereuse, sans piste cyclable sécurisée. "Ce n'est pas le moment de chercher des responsables mais plutôt de nous lever et d'agir pour la sécurité de tous les cyclistes" poursuit Gérald Seurin.

"Identifier les points noirs dangereux pour les cyclistes"

La pétition, lancée par le membre de l’association Vélotaf dans un premier temps, a déjà récolté plus de 1 200 signatures. Elle est désormais portée par un collectif d’associations, qui interpelle les élus et la Région. Il demande que des mesures soient prises sur ce secteur, mais également dans d’autres endroits considérés comme des "points noirs" pour les cyclistes.

La Réunion est dotée de zones dangereuses. Ces zones, on les connaît.

Gérald Seurin, membre de l’association Vélotaf

"N'attendons pas que cela se reproduise ici ou ailleurs. Les voies cyclables doivent être sécurisées de manière continue. (…) Pour cela, mesdames et messieurs les responsables politiques, engagez-vous. Identifiez, sur le territoire relevant de votre compétence, les points noirs dangereux pour les cyclistes, établissez un plan pluriannuel pour les résorber" conclut-il.