réunion
info locale

Décès de Jacques Chirac : une pluie d'hommages à La Réunion

président de la république
Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre.
©PHILIPPE DESMAZES / AFP
L'annonce du décès de Jacques Chirac suscite de très nombreuses réactions notamment à La Réunion où était venu à de nombreuses reprises celui qui a dirigé la France de 1995 à 2007. 
L'ancien président de la République, Jacques Chirac est décédé, ce jeudi 26 septembre. Il était âgé de 86 ans. Jacques Chirac s'est rendu plusieurs fois à La Réunion. Dans l'île, les réactions pleuvent ces dernières heures pour lui rendre hommage.

Le député de la Réunion, David Lorion a exprimé sa tristesse dans un tweet en précisant que Jacques Chirac "était plus que tout attaché à nos territoires ultramarins et à ses habitants" : 

Le député européen Younouss Omarjee veut, lui, "garder le souvenir d'un Président qui savait faire respecter la France" : 

La sénatrice Nassimah Dindar évoque "un amoureux des Outre-Mer" :
Nassima Dindar réagit au décès de Jacques Chirac


Pour la députée Nadia Ramassamy, "la France perd l'un de ses grands hommes" : 

Jean-Louis Lagourgue, sénateur de La Réunion :

Je garderai naturellement d’excellents souvenirs de Jacques Chirac, que j’ai eu l’occasion d’accueillir à plusieurs reprises à Sainte-Marie. Au fil des années où nous nous sommes régulièrement côtoyés, lui et moi avions construit un solide lien d’amitié. Je n’oublierai jamais l’affection particulière qu’il avait pour notre île et pour les Réunionnais. Pour ma part, aujourd’hui, je perds un mentor, un exemple, un ami. 



Viviane Malet, sénatrice de La Réunion : 

La France perd en ce jour l'un de ses plus grands hommes, l'outre-mer quant à lui perd son plus fervent défenseur.



Michel Dennemont, sénateur de La Réunion

Nous ne pouvons que rendre hommage à ce grand homme d'État. Une personnalité politique hors norme qui pensait toujours aux départements d'outre-mer. Un homme de dialogue qui avait le sens du contact et de la proximité. Sa visite dans notre commune en 1996 aura été un des moments inoubliables de ma fonction de maire. Les avironnais sont encore fiers d'avoir pu accueillir le Président Chirac dans le village du Tevelave.



Jean-Hugues Ratenon, député de La Réunion :

Jacques Chirac était un homme de conviction. Je n’étais pas d’accord sur sa ligne politique, sa ligne idéologique ; mais il faut rappeler, alors même qu’il était pour la parité sociale, que j’ai combattu, il a accepté, suite à des négociations serrées avec Paul Verges, de terminer l’égalité sociale entamée sous le Président François Mitterand.



Jean-Luc Poudroux, député de La Réunion :

La famille politique à laquelle j’appartiens est en deuil et se sent particulièrement orpheline. Je pense aux nouvelles générations de femmes et d’hommes qui veulent s’engager en politique et qui trouveront, j’en suis certain, le ressort qui leur manquait.



Huguette Bello, députée de La Réunion : 

Pour La Réunion et pour les Outre-mer, c’est la fin d’une époque, celle de ces grands responsables politiques vraiment attachés à nos territoires. (...) Je veux garder l’image d’un Président qui, sur la scène internationale, n’a pas hésité à s’opposer à la Guerre en Irak.



Ericka Bareigts, députée de La Réunion, 
Sur Twitter, Ericka Bareigts a salué "la mémoire d'un grand homme d'Etat, amoureux de la France et de tous les Français":  
©reunion


Cyrille Melchior, président du Conseil Départemental : 

Je retiendrai de lui ces mots qui m’inspirent chaque jour dans la conduite de mes responsabilités : "…ne composez jamais avec l’extrémisme, le racisme, l’antisémitisme ou le rejet de l’autre. Dans notre histoire, l’extrémisme a déjà failli nous conduire à l’abîme. C’est un poison, il divise, il pervertit, il détruit".

 

Didier Robert, président du Conseil Régional : 

Je retiens en particulier l'image d'un Président à l'écoute, attentionné, soucieux de prendre les bonnes décisions, celles qui permettent à la fois la concrétisation de l’intérêt général et les aspirations des françaises et français.



Margie Sudre, ancienne présidente du Conseil Régional : 
©reunion


Gilbert Annette, maire de Saint-Denis :

Je veux saluer l’Homme politique qui aura marqué La Réunion en finalisant en 1996  le processus d’égalité sociale entre l’hexagone et notre île. Initié sous la présidence de François Mitterrand dont il était alors le Premier ministre, Jacques Chirac, devenu Président de la République mettait ainsi fin à trente ans d’injustice sociale. (...) Je veux aussi saluer la mémoire de l’Homme d’Etat appartenant à cette génération qui savait encore incarner la France et ses valeurs dans le monde.



Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre : 

Je me rappelle de l’enthousiasme soulevé lors de sa visite à Saint-Pierre où il n’hésita pas à faire arrêter le cortège pour venir au contact des Réunionnais qui par milliers étaient venus l’accueillir.



Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph : 

Bien que mon parcours politique ce soit toujours situé en face de ses amis et de lui même, je m’incline devant la grandeur et l’énergie de cet homme qui a toujours eu la passion de la France.



Olivier Hoarau, maire du Port: 

Il était bien évidemment un Homme d’État à stature internationale......son discours mémorable lors du Sommet de la Terre à Johannesburg en faveur de la transition écologique, avec ces paroles qui résonnent plus que jamais aujourd’hui : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs.



Richard Nirlo, maire de Sainte-Marie : 

Jacques Chirac laissera un trace indélébile dans le cœur des français, ses compatriotes qu'il aimait tant et qu'il aura servi avec dévouement et loyauté durant toute sa carrière. Avec son aura et la force de conviction qui le caractérisait, le Président Chirac aura été incontestablement un grand homme d'Etat. (…) Je proposerai au Conseil municipal, et en accord avec sa famille, qu'une place ou un équipement public soit baptisé à son nom à Sainte-Marie pour honorer sa mémoire.



Elie Hoarau, président du Parti Communiste Réunionnais : 
©reunion


André Thien-Ah-Koon, maire du Tampon 
Il a créé l'association des "amis de Jacques Chirac" à La Réunion. "Son départ laisse pour nous un grand vide" : André Thien-Ah-Koon réagit au décès de l'ancien chef de l'Etat.
Décès de Jacques Chirac : Réaction de André Thien-Ah-Koon

 
Dimitri Rangama Petchy, délégué des Républicains de la 7ème circonscription:

Il demeura pour moi une source d’inspiration dans mon action politique au quotidien, comme l’exemple d’un homme engagé, visionnaire tout en étant proche de ses concitoyens.

 



Farid Mangrolia, représentant local de La République en Marche : 

Il fut un homme de valeur, un leader qui en 2002 déjà nous avertissait des fractures de notre pays et de la montée des extrêmes en France. 



Audrey Belim, porte-parole du Parti Socialiste de La Réunion : 

Ce que nous retenons de ce Président c’est son amour pour les Outremers. Un aveu qui a pu être entendu de tous lorsqu’il a déclaré "L'outre-mer français, il faut l'aimer. Et, quand on l'aime, on ne peut rien lui refuser". 



Roseline Lucas, adjointe au maire des Avirons : 

Aux Avirons nous gardons un très bon souvenir de son passage sur notre commune où il a pris le temps de déjeuner au Tevelave en mars 1996.



Imrhane Moullan, rférent départemental de AGIR La Droite Constructive à La Réunion : 

Celui qui fut le Meilleur des "meilleurs d’entre Nous" aura marqué l’histoire par ses prises de position héroïques contre la guerre en Irak, en faveur des Palestiniens face à Israël, ou encore en faveur de l’écologie et du climat au Sommet de Johannesbourg.



Ibrahim Patel, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de La Réunion : 

Nous devons saluer son action visant à faire reconnaître nos spécificités et son investissement en faveur de l’évolution de l’économie réunionnaise.



Le MEDEF Réunion :

Jacques Chirac nous rappelait que c’était de nous que viendrait le succès, de nos efforts, de notre courage, de notre combativité, de notre imagination.



Monseigneur Gilbert Aubry, évêque de La Réunion : 

Jacques Chirac était profondément religieux. Quand il était Maire de Paris, souvent en milieu de journée, il quittait l’Hôtel de Ville et allait prier à l’église Saint Gervais avec la Fraternité Monastique de Jérusalem, à l’arrière de la mairie.




 
Publicité