Déconfinement : quelles seront les règles à respecter dans les entreprises ?

économie
travail entreprise bureau économie activité
©IPR
Les entreprises se préparent à reprendre leur activité lundi 11 mai. Les employeurs doivent mettre en place des mesures de protection pour leurs salariés, ainsi que pour leurs clients. Des mesures adaptées aux différents secteurs et désormais connues.
Avant les écoles, les entreprises seront parmi les premiers à reprendre lundi 11 mai. Le protocole national de déconfinement pour les entreprises a été publié le dimanche 3 mai. Il définit les règles que les employeurs du secteur privé doivent mettre en place en matière de protection des salariés.
 
Il vient en complément de plus d’une cinquantaine de guides métiers, disponibles sur le site internet du ministère du Travail. Ces guides ont été élaborés en partenariat avec les fédérations professionnelles et les partenaires sociaux.
 

" Nous devons accompagner toutes les entreprises pour que l’activité reprenne dans des conditions garantissant la santé et la sécurité des salariés. C’est une condition nécessaire au retour au travail à partir du 11 mai même si le télétravail doit rester la norme pour toutes les activités qui le permettent pour les prochaines semaines  ", Muriel Pénicaud, ministre du travail.

 

Un protocole général…


Le principe : éviter les risques d’exposition au virus, évaluer les risques qui ne peuvent être évitées et privilégier les mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle.

La méthode devra privilégier le télétravail tant que cela est possible durant les trois premières semaines, en cas de présence nécessaire sur les lieux de travail, les horaires pourront être décalés, le rassemblement des salariés limité et les règles de distanciation respectées.

Le déconfinement reposera avant tout sur le respect des gestes barrières, à savoir se laver régulièrement les mains, éviter de se toucher le visage, utiliser un mouchoir jetable, tousser et éternuer dans son coude, respecter la distanciation physique ou encore éviter de porter des gants. La généralisation des tests ou de la prise de température en entreprise n’est pas recommandée.

 
  • Gestion des flux et espace par personne
Le nombre de personnes travaillant simultanément dans un même espace sera en fonction de la superficie de la pièce. Chaque personne doit pouvoir disposer d’un espace de 4 m² minimum, pour garantir une distance minimale d’1 m autour de la personne.

Si cela est possible, il faut privilégier une personne par bureau, sinon éviter le face à face et utiliser des parois en plexiglass.

Dans les lieux accueillant des flux de personnes, des plans de circulation devront être mis en place, dans les lieux clos comme dans les lieux ouverts. Il sera également nécessaire de gérer les périodes d’affluence en donnant des rendez-vous par exemple.

L’employeur peut être amené à réorganiser l’espace de travail pour limiter au maximum les croisements. Il pourra, quand cela est possible, séparer les flux et mettre en place des zones d’attente.

 
  • EPI, équipement de protection individuelle
D’une manière générale, le masque grand public sera utilisé en complément aux gestes barrières. Si la distanciation physique risque d’être rompue, le port d’un masque grand public devient obligatoire. Les masques de protection FFP2 et les masques chirurgicaux sont destinés aux personnels médicaux.

Pour les autres professionnels, l’employeur peut fournir des masques FFP1 ou des masques grand public. L’employeur peut également décidé de généraliser le port collectif du masque grand public au sein de l’entreprise. Il restera une possibilité et non une obligation si les gestes barrières peuvent être respectés.

Gants, lunettes, surblouses et charlottes peuvent aussi être utilisés. Le port des gants n’est cependant pas recommandé car il pourrait donner un faux sentiment de protection. Les équipements à usage unique devront être jetés dans un double sac  poubelle, conservé 24 heures dans un espace clos dédié avant d’être éliminé dans la filière ordures ménagères.

 
  • Nettoyage et désinfection
L’employeur devra assurer le nettoyage fréquent des objets et surfaces régulièrement touchés, le nettoyage journalier des sols et le nettoyage journalier des matériels roulants, infrastructures de transport ou aéronefs.

Savons, dégraissants, détergents et détachants pourront être utilisés. Une opération de désinfection peut être réalisée en plus du nettoyage, si elle s’avère strictement nécessaire. L’usage répétitif du désinfectant peur entraîner une résistance des micro-organismes.

 
  • Tests et dépistages
Les dépistages concernent toutes les personnes présentant des symptômes du Covid-19 et toutes les personnes ayant été en contact rapproché avec une personne infectée.

Les salariés symptomatiques ne devront pas se rendre sur leur lieu de travail ou devront le quitter immédiatement. Ils devront consulter un médecin afin qu’il leur prescrive un dépistage. Si le test est positif, les personnes contacts seront prises en charge et placées en quatorzaine.

Les entreprises ne sont en revanche pas autorisées à mener des campagnes de dépistage pour leurs salariés. Cela vaut pour le dépistage virologique, prélèvement dans le nez, et les tests sérologiques, leur fiabilité restant encore insuffisante selon le gouvernement.

Un contrôle de température à l’entrée de l’entreprise n’est pas conseillé, mais il est recommandé en cas de sensation de fièvre ou d’autres symptômes que la personne mesure elle-même sa température. L’entreprise peut organiser un contrôle de température à l’entrée de son site, mais elle devra pour cela respecter les dispositions du code du travail.

 

… des fiches et des guides métiers


Des fiches métiers et de guide par secteurs viennent compléter le protocole général en fonction des spécificités des différentes activités. Près d’une cinquantaine ont été élaborés en partenariat avec les fédérations professionnelles et les partenaires sociaux.

Il est ainsi possible de retrouver des fiches sur différents secteurs, comme l’agriculture, élevage, agroalimentaire, jardins et espaces verts ou encore le commerce de détail, la restauration à emporter.
Nombreux seront les commerces à reprendre leur activité ce lundi 11 mai. Salariés et clients sont amenés à s’y côtoyer, des mesures précises sont à mettre en place pour protéger les uns et les autres.
 

Fiche métier : Travail dans un commerce de détail


Pour les métiers nécessitant un dépannage ou une intervention à domicile, une fiche métiers détaille les précautions à prendre, notamment pour les plombiers, électriciens ou encore installateurs de climatiseurs.
 

Fiche Métier : Dépannage et intervention à domicile


Les guides sont plus généralistes et concernent davantage des branches. Ainsi, ils concernent le transport et la logistique ou le BTP, la construction et les matériaux.
 

Guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de la construction