Dengue : alerte à la dengue hémorragique après le décès d’une jeune femme

dengue
CHU SUD 281119
©Réunion la 1ère

Après le décès d’une institutrice de 35 ans, le corps médical alerte quant aux dangers de la forme sévère du virus : la dengue hémorragique. Tout peut basculer très vite, d’où la nécessité de consulter.

Avec près de 1 443 cas sur la semaine du 12 au 18 avril, l’épidémie de dengue prend de l’ampleur à La Réunion. Une institutrice est récemment décédée dans le Sud suite à une complication de la maladie. Une épidémie qui se propage parallèlement à celle du Covid.

Poser un diagnostic rapide

A la maison de Santé pluridisciplinaire universitaire de Saint-Philippe, les patients défilent chez les médecins. Vaccination contre la Covid, alerte à la dengue, les épidémies se croisent. Les symptômes peuvent se ressembler, mais les causes sont différentes.

Dans l’île, la dengue est majoritairement présente sous sa forme bénigne, occasionnant maux de tête, fièvre, fatigue, douleurs articulaires ou complications ophtalmologiques. Mais pour le Dr Jean-Marc Franco, il faut rester vigilant et consulter dès les premiers symptômes. La dengue peut en effet évoluer en forme sévère, voire hémorragique.  

" Actuellement, on a une recrudescence de cas de dengue, de Covid 19 et de leptospirose. Les trois maladies se ressemblent, car elles débutent avec des symptômes similaires, un bilan sanguin et un test Covid seront nécessaires pour faire le diagnostic. "

Dr Jean-Marc Franco, médecin généraliste à Saint-Philippe

Alerte à la dengue hémorragique

Pour le médecin, il ne faut pas attendre que la maladie se complique car la dengue hémorragique peut toucher des patients sans terrain pathologique particulier. En quelques jours, tout peut basculer, comme cela a été le cas récemment pour une institutrice de Saint-Joseph, âgée de 35 ans.

L’aspect bénin de la dengue a évolué en forme sévère jusqu’à une dengue hémorragique. Victime d’une attaque foudroyante à son domicile, elle a été conduite aux urgences du CHU de Saint-Pierre.

Malheureusement, elle n’a pas survécu, d’où la mise en garde lancée par le corps médical afin de détecter des signes cliniques comme une chute de température, des problèmes digestifs ou des saignements. Des symptômes survenant quelques jours après avoir contracté la dengue et développé de la fièvre.

(Re)voir le reportage de Réunion La 1ère :

Dans le Sud, une institutrice est décédée de la dengue hémorragique

Les autorités médicales rappellent également les actes de prévention : s’hydrater correctement et veiller à se protéger des moustiques, tout particulièrement en ces périodes de fortes pluies.