réunion
info locale

Devant le siège des TAAF, les pêcheurs exigent un quota de légines

pêche
Une quarantaine de professionnels de la pêche sont rassemblés devant le siège des TAAF à Saint-Pierre
Une quarantaine de professionnels de la pêche sont rassemblés devant le siège des TAAF à Saint-Pierre. ©Loïs Mussard
Des professionnels de la pêche ont manifesté ce jeudi 1er août devant le siège des TAAF à Saint-Pierre. Ils exigent des quotas de pêche à la légine, pour un commerce qui selon eux, "ne profite pas à l’économie locale".
Une quarantaine de professionnels de la pêche sont rassemblés ce jeudi 1er août, depuis 7 heures du matin, devant le siège des TAAF à Saint-Pierre. Ils redoutent d’être exclus des quotas de pêche à la légine depuis la mise en place de nouveaux critères qu’ils jugent "discriminants".

Regardez le reportage de Réunion La1ère : 
Judicaël Folio, 33 ans, fait partie des professionnels de la nouvelle génération. Il espère "pouvoir retourner travailler dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises grâce à l’attribution d’un quota aux petits pécheurs".
 
Judicaël Folio, 33 ans, fait partie des professionnels qui espèrent "pouvoir retourner travailler dans les TAAF".
Judicaël Folio, 33 ans, fait partie des professionnels qui espèrent "pouvoir retourner travailler dans les TAAF". ©Loïs Mussard
 

Changement de critères

Les TAAF ont changé les critères d’attribution des quotas pour la période 2019/2025. Les attributions vont se faire pour les six prochaines années, avec un quota défini par année. Selon les petits pêcheurs, "ces nouveaux critères les excluent". Ils demandent entre 400 et 500 tonnes pour permettre aux jeunes pêcheurs réunionnais de pouvoir travailler. Depuis trois ans, ils bénéficient d’un quota de 100 tonnes par an. Cette fois, ils veulent obtenir un quota de légines plus important. Les TAAF décideront de la répartition des quotas d'ici la fin août.

"On veut notre quota, on y a le droit, comme les armements historiques, affirme Gérard Zitte, mandataire de la Société Artisans Patrons Pêcheurs des Mers Australes (SAPPMA). On ne demande pas grand-chose sur les 800 ou 900 tonnes que les grands armements historiques ont par an, pour nous, petits pêcheurs réunionnais".

 

Et l'économie locale ?

Ce secteur d'activité rémunérateur est aujourd'hui contrôlé par quatre sociétés. Les pêcheurs réunionnais sont en colère, car les bateaux sont obligés de passer par La Réunion où se trouve le siège des TAAF. "La matière première transite par La réunion, mais l’économie locale ne profite pas de ce commerce de la légine", estiment ces professionnels. 
 
Le siège des TAAF à Saint-Pierre.
Le siège des TAAF à Saint-Pierre. ©Loïs Mussard
Publicité