Didier Robert entendu à Malartic dans l'affaire des emplois fictifs présumés à la Région

politique
Didier Robert entendu à Malartic dans l'affaire des emplois fictifs présumés à la Région
Didier Robert entendu à Malartic dans l'affaire des emplois fictifs présumés à la Région. ©Imaz Press
L'ancien président de Région, Didier Robert, a été entendu au commissariat Malartic de Saint-Denis, ce mardi 7 décembre, selon une information de Clicanoo. Cette audition a eu lieu dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs présumés et au lendemain de perquisitions menées à la Région.

L'ancien président de Région, Didier Robert, a été entendu par les enquêteurs, au commissariat Malartic de Saint-Denis, ce mardi 7 décembre. L'information a été révélée par nos confrères de Clicanoo.

Trop d'embauches au cabinet ?

Toute la matinée, Didier Robert a été entendu par les enquêteurs au sujet de l'affaire des emplois fictifs présumés au sein de son cabinet lorsqu'il était président de Région. Didier Robert aurait recruté 19 chargés de mission alors que la loi en autorise six.

Jusqu'à 13h30, Didier Robert a été interrogé par les enquêteurs de l'Office Central de Lutte contre la Corruption et les Infractions Financières et Fiscales (OCLCIFF) venus de métropole, et leurs collègues de la brigade financière de La Réunion.

Réaction de Didier Robert

"Une enquête a été ouverte, naturellement j'ai répondu aux questions des enquêteurs, ce matin, dans le cadre d'une audition libre, il en va de ma responsabilité de le faire", a déclaré à sa sortie, l'ancien président de la Région Réunion.

"A ce stade, dans le respect du secret de l’enquête, je ne peux m’exprimer sur le fond du dossier, ajoute Didier Robert, dans un communiqué. Je remercie tous ceux qui m’ont exprimé leur sympathie".

Des perquisitions à la Région, lundi

Cette audition intervient au lendemain de perquisitions menées au domicile de Didier Robert, et à la Région, lundi, en présence de la procureure de la République, Véronique Denizot. 

Un préjudice estimé à 1,4 million d’euros

Depuis juin dernier, les enquêteurs de l'Office Central de Lutte contre la Corruption et les Infractions Financières et Fiscales (OCLCIFF), et ceux de la sûreté départementale de La Réunion sont saisis. Une enquête préliminaire avait été ouverte par le procureur de la République de l'époque, Eric Tuffery, pour des faits présumés de détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.

Cette procédure faisait suite à un signalement de la Chambre Régionale des Comptes de La Réunion. Dans un rapport révélé en 2021, la CRC avait relevé des "anomalies dans la gestion du personnel pouvant constituer les infractions de détournement de fonds publics, faux en écriture publique et prise illégale d’intérêts, pour un montant annuel de préjudice estimé à 1,4 million d’euros".