Disparition d’Hubert Gerbeau, pionnier des recherches sur l’esclavage à La Réunion

histoire
Historien Hubert Gerbeau
©Réunion La 1ère

L’historien et écrivain Hubert Gerbeau est décédé dans la nuit du 3 avril à l’âge de 84 ans. Il est à l’origine des premières recherches sur l'esclavage à La Réunion. C’est aussi lui qui a créé le département d'Histoire à l’Université. Il a notamment formé Sudel Fuma.

Figure de la recherche sur l’esclavage, Hubert Gerbeau est décédé dans la nuit du samedi 3 avril, à l’âge de 84 ans. Originaire d’Aix-en-Provence, ce grand historien reconnu aussi pour ses essais et ses romans, a vécu en Afrique et a enseigné notamment en Martinique et à La Réunion où qu’il a marquée de son empreinte.

Notre île lui doit notamment les premières recherches jamais réalisées sur l’esclavage, un sujet qui était jusqu’alors encore tabou. L’un de ses romans les plus connus, "Les esclaves noirs : pour une histoire du silence", a d’ailleurs profondément marqué les spécialistes de l’histoire de l’esclavage.

Le mentor de Sudel Fuma

Décrit par plusieurs de ses pairs comme le plus grand spécialiste français de l’esclavage, le travail d’Hubert Gerbeau a aussi connu un fort retentissement dans tout le bassin Océan indien. La revue Africultures souligne qu’il a "décrit avec beaucoup de précisions les premiers peuplements d’esclaves dans les îles des Mascareignes".

Hubert Gerbeau est aussi à l’origine de la création du département d’Histoire à l’université de La Réunion, à la fin des années 1960. C’est lui qui a introduit dans les programmes l’étude de l’Histoire locale. Il fut ainsi le professeur de feu Sudel Fuma mais aussi de l’historien Prosper Eve. Hubert Gerbeau a par ailleurs collaboré au sein du journal réunionnais Le Progrès.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Réactions au décès d'Hubert Gerbeau

Il a ainsi été vice-président de l'Université de La Réunion. Il a travaillé dans l'île jusqu'à la fin des années 1980, avant d'aller enseigner  à l'Institut d'Etudes Politiques de l'Université d'Aix-Marseille, où il dirigeait le Centre d'Etudes et de Recherches sur les Sociétés de l'Océan Indien (CERSOI).

"Il aimait La Réunion"

Wilfrid Bertile rend hommage à son "ancien collègue et ami". L'ancien député et géographe saint-philippois souligne qu'Hubert Gerbeau "contribué à sortir de l’ombre des pans entiers de l’histoire de notre peuple".

"Hubert Gerbeau laisse le souvenir d’un homme d’une grande humanité, d’une grande simplicité et d’une grande culture", poursuit l'ancien élu. "Il aimait La Réunion et nous sommes nombreux ici à lui dire notre gratitude pour ce qu’il a fait pour elle et pour sa jeunesse".

"Un homme d’une grande érudition"

La maire de Saint-Paul Huguette Bello rend, elle aussi, hommage à l'historien : "Il a été un professeur de grande qualité à l’Université de La Réunion. Il a formé un grand nombre d’étudiants réunionnais à qui il a donné le goût de l’histoire, à qui il a ouvert les yeux sur l’histoire de La Réunion, à qui à qui il a donné une formation universitaire et civique".

"Homme d’une grande érudition et d’une grande gentillesse,Hubert Gerbeau ne laisse que des regrets", conclut la femme politique.

L'hommage de Me Normane Omarjee

Le bâtonnier saint-pierrois Normane Omarjee se dit lui aussi "profondément attristé et peiné" de cette disparition. "Etudiant à Aix et président de l'association des étudiants réunionnais, nous avions eu le bonheur de participer à une conférence sur l'art du métissage, qu'il présidaitNous retiendrons son empathie, et son amour pour la cause réunionnaise, écrit l'avocat. Nous nous souviendrons des valeurs qu'il a consacré sa vie à transmettre, lui qui savait que la mémoire nous guide dans notre lutte pour l'égalité".