Disparition de Julita Bénard en 2016 : début du procès de sa compagne à la cour d’Assises

justice
La Cour d'Assises de La Réunion.
La cour d'Assises de La Réunion. ©Imaz Press
Le procès de Marie-Claudia Lauret s’ouvre devant la cour d’Assises de Saint-Denis, ce lundi 4 avril. Elle est soupçonnée d’avoir assassiné sa petite amie, Julita Bénard à l’Etang-Salé, en 2016. Le corps n’a jamais été retrouvé.

Un procès hors du commun s’ouvre ce lundi 4 avril à la cour d’Assises de Saint-Denis. Les jurés vont devoir examiner un dossier d’assassinat, mais sans corps.

Marie-Claudia Lauret sera dans le box des accusés. La jeune femme est soupçonnée d’avoir assassiné sa petite amie, Julita Bénard, à l’Etang-Salé, en 2016.

Une énigme

Ce procès intervient six ans après le drame et la disparition de Julita Bénard reste encore une énigme. La mise en cause nie toujours les faits qui lui sont reprochés. Pourtant Marie-Claudia Lauret est la dernière à avoir vu la victime vivante.

Dans la nuit du 29 au 30 juillet 2016, les deux femmes se promènent au gouffre de l’Etang Salé. Selon ses déclarations, elle aurait subi une agression et aurait réussi à s’enfuir. De retour sur les lieux, sa petite amie avait disparu.

Pas de corps retrouvé

Une disparition bien mystérieuse qui a mobilisé pendant plusieurs semaines les gendarmes et la famille. Des recherches sous-marines sont mêmes effectuées afin de tenter de retrouver le corps de Julita, 26 ans.

Elle encourt la réclusion criminelle à perpétuité

Enlèvement, chute mortelle, suicide, meurtre… : aucune piste n’est écartée. Mais très vite, l’enquête va s’orienter sur Marie-Claudia avec les multiples contradictions de son récit et la découverte du portable de la victime à son domicile.

Autre fait troublant pour les enquêteurs : alors qu’elle est en couple avec Julita, Claudia est enceinte de trois mois au moment des faits. Depuis, elle a mis au monde un enfant alors qu’elle était en détention.

Est-ce une promenade qui se termine mal ? Comment est morte Julita ? Où se trouve son corps ? La famille espère des réponses.

Marie-Claudia Lauret encourt la réclusion criminelle à perpétuité.