publicité

Dominique Vienne : « créer un statut de l’entreprise ultra-marine »

Invité de la matinale, le président de la CPME-Réunion estime que « toutes les entreprises ont souffert » du passage de Fakir.

Dominique Vienne, président de la CPME-Réunion © Philippe Dornier
© Philippe Dornier Dominique Vienne, président de la CPME-Réunion
  • Philippe Dornier
  • Publié le , mis à jour le
Face aux contraintes différentes de la métropole, la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises propose de « mettre en place une provision pour risques climatiques. » Principe : de l’argent mis de côté, non fiscalisé au départ, et utilisable après la tempête.

Dominique Vienne, Président de la CPME-Réunion



Prélèvement à la source : « harcèlement textuel »

Selon Dominique Vienne, « on a donné au chef d’entreprise, dont ce n’est pas le métier, de faire le travail de l’Etat. Ce risque, on ne l’a pas demandé. Peut-être qu’il y aura des défilés (de salariés mécontents) dans les bureaux (des patrons) »

Délais Kbis : appliquer la loi

Actuellement de 6 mois (contre quelques heures en métropole…), ils peuvent être réduits si Annick Girardin tient parole : « en septembre 2017, la ministre des Outre-Mer affirmait que les lois Lurel et Macron (transfert du Kbis aux chambres de commerce) serait appliquée. Aujourd’hui, le gouvernement ne respecte pas la loi. »

L’entreprise : « une solution, pas le problème »

Interrogé sur la mobilisation contre la politique d’Emmanuel Macron, Dominique Vienne assure que « chacun peut mesurer l’ambition du président de la république de mener des réformes. » Rappelant la mise en œuvre de la loi El Khomri, il en évoque « le 1er effet, qui me tient à cœur : l’obligation de formation au dialogue social des chefs d’entreprises et des salariés. Il faut mettre en place ces formations pour éviter qu’on soit dans la rue. » 1 525 240 620

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play