Drone, hélicoptère, ULM : les nouvelles règles de survol soumises à l'avis du public

environnement
Incendie au Grand-Brûlé : incident sur un hélicoptère bombardier d’eau
©Imaz Press
Depuis le 11 juillet et jusqu'au 15 août, une consultation publique est mise en place par le Parc national. Elle concerne le nouvel arrêté qui viendra remplacer les deux actuellement en vigueur en matière de survol du Parc.

La Réunion vue d'en-haut fait toujours rêver. Mais plus le temps passe, et plus ses montagnes, cirques et remparts sont victimes de leur succès. Les survols en hélicoptère, en ULM et les drones nuisent à la nature et à ses habitants de ces sites naturels. Voilà pourquoi le Parc national veut renforcer la réglementation de l'activité.

            

Limiter l'impact des nuisances

Deux arrêtés sont actuellement en vigueur en matière de survol du Parc national. Mais sept ans plus tard, il s'agit de les faire évoluer pour limiter l'impact des nuisances liés au survol. Le projet de nouvelle réglementation du Parc national comporte trois points principaux :

- Protéger les oiseaux endémiques : dans certaines zones du cœur du Parc national (La Roche Ecrite, Le Grand Bénare, Le Piton des Neiges et Grand Bassin), où se trouvent des oiseaux endémiques en danger (tuit-tuit, pétrel de Barau, pétrel noir de Bourbon), le survol motorisé (ainsi que les déposes et reprises en hélicoptère) est interdit en dessous de 1 000 m d'altitude, sauf autorisation dérogatoire pour certains motifs expressément énumérés par la Charte du Parc.

- Dans tous le cœur du Parc national, le survol et les déposes en hélicoptère liés aux besoins des manifestations publiques sont soumis à autorisation préalable du Directeur du Parc national.

- Sur 25 secteurs, le survol en drone (aéronef sans équipage à bord), qu’elle que soit la catégorie, à titre professionnel ou de loisir, est interdit dans un rayon de 200 mètres à partir de chacun des points géographiques emblématiques (Trou de Fer, Maïdo, Pas de Bellecombe...), sauf autorisation dérogatoire pour certains motifs expressément énumérés par la Charte du Parc. Objectif : limiter les conflits entre les visiteurs et les pilotes de drone.

         

Du 11 juillet au 15 août

La consultation du public se tient du 11 juillet au 15 août inclus. Le projet de texte, ses annexes, ainsi qu'une note de présentation synthétique sont disponibles sur cette page.

 Chacun peut, à titre personnel, exprimer son un avis sur ce projet de réglementation. Les observations et propositions reçues après le 15 aout 2022 ne seront pas analysées. Ces documents sont également consultables sur support papier sur demande au siège du Parc national et en Préfecture.