Eau impropre à la consommation : l'UFC-Que Choisir lance une action en justice contre la CISE Réunion

consommation
robinet eau
©pixabay

L’association de consommateurs UFC Que Choisir lance une action en justice, ce mardi 1er juin, contre la CISE Réunion. Elle dénonce une distribution d’eau impropre à la consommation dans cinq communes de l’île, et demande le remboursement des bouteilles et des factures d'eau.

Au total, 80 000 Réunionnais seraient concernés. Ce mardi 1er juin, l’association de consommateurs, UFC Que Choisir lance une action en justice contre la CISE Réunion, devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Elle dénonce une distribution d’eau impropre à la consommation dans cinq communes de l’île : Sainte-Marie, Saint-André, Salazie, Saint-Benoît et Les Avirons.

La présence de bactéries fécales

"La CISE Réunion, filiale du groupe Saur, délivre à plus de 80000 habitants de cinq communes, depuis plus de cinq ans, une eau impropre à la consommation", écrit l'UFC Que Choisir. L’association de consommateurs dénonce notamment la "présence de bactéries fécales" dans l’eau.

"Les résultats des analyses réalisées par l’ARS mettent en évidence de très nombreuses non-conformités et notamment la présence de bactéries fécales, rendant l’eau fréquemment impropre à sa consommation pour l’alimentation et l’hygiène des habitants", poursuit l’association.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Qualité de l'eau : l'association de consommateurs UFC Que Choisir poursuit la CISE Réunion devant la Justice

 

Remboursement des bouteilles et des factures

L’UFC Que Choisir demande le remboursement des bouteilles d’eau pour les abonnés contraints d’en acheter pour boire depuis cinq ans pour leur alimentation. 

Elle réclame aussi le remboursement  des factures d’eau réglées auprès de la CISE Réunion sur la même période.

"Mettre fin à une situation moyenâgeuse"

"Alors qu’en métropole, près de 98 % des consommateurs bénéficient d’une eau du robinet respectant les limites réglementaires de potabilité et ce tout au long de l’année, sur l’Île de la Réunion, c’est la moitié de la population qui est alimentée par des eaux présentant un niveau de qualité dégradée", dénonce l’UFC Que Choisir.

L'association de consommateurs avait déjà adressé une mise en demeure à la CISE Réunion. "N’ayant pas fait entendre raison au distributeur", elle lance aujourd’hui une action de groupe contre la CISE Réunion devant le Tribunal Judiciaire de Saint-Denis de la Réunion. "Nous sommes déterminés à mettre fin à une situation moyenâgeuse parfaitement intolérable en France aujourd’hui", indique Alain Bazot, Président de l’UFC-Que Choisir.

Déjà une condamnation 

L’association rappelle que la justice a déjà reconnu la responsabilité de la CISE Réunion à l’égard de l’un de ses abonnés, en la condamnant au versement d’une indemnité représentant les frais d’achat de bouteilles d’eau.

L’UFC-Que Choisir considère que "la responsabilité de la CISE Réunion doit également être reconnue à l’égard de tous les Réunionnais concernés et qu’une indemnisation leur est due".

Si vous souhaitez connaître la qualité de l'eau qui arrive à votre robinet, vous pouvez vous rendre sur le site de l'ARS en cliquant sur ce lien et en entrant votre adresse.