Elections législatives 2022 : le nombre de candidats, une donnée importante dans le financement des partis

élections
Vote sur l'entrée en vigueur du pass vaccinal. Assemblée nationale, dimanche 16 janvier 2022.
Assemblée nationale, dimanche 16 janvier 2022. ©THOMAS COEX / AFP
Au-delà de l’importance de la représentation à l’Assemblée nationale, le nombre de candidats présentés par un parti politique revêt aussi un enjeu financier. Les résultats des élections législatives détermineront en effet le montant de l’aide publique versée aux partis pour l’année.

Les élections législatives vont permettre avant tout de choisir les députés qui siègeront à l’Assemblée nationale, mais elles vont aussi déterminer l’aide publique dont les partis vont bénéficier. Et l’argent, c’est ce qui permet à un parti d’organiser et de mener campagne.  

Si les cotisations des adhérents ou encore les dons viennent abonder les comptes des partis, l’argent public versé par l’Etat n’est pas à négliger. Les résultats des Législatives de juin vont déterminer combien les partis toucheront par an.    

Un parlementaire rapporte 37 000 euros à son parti

Chaque voix compte parce qu’elle rapporte environ 1,64 euro au parti politique. Mais pour éviter que les candidatures se multiplient, depuis 2003, il faut malgré tout recueillir au moins 1% des suffrages exprimés pour bénéficier de cette manne financière.  

Outre cette aide par rapport au nombre de voix, il existe une deuxième aide publique, cette fois liée au nombre de députés et de sénateurs rattachés. Ainsi, chaque parlementaire rapporte environ 37 000 euros à son parti. Il y a des pénalités si la parité n’est pas respectée.    

Quatre partis locaux financés en 2021

A La Réunion, en 2021, le groupement France Réunion a donc touché pour 8 260 voix, la somme de 13 557 euros. Il s’agit du parti d’André Thien-Ah-Koon.  

Le PCR, ainsi que Rézistan’s Egalité 974, porté par Jean-Hugues Ratenon, et Vivre La Réunion, Antoine Fontaine, sont les seuls autres partis à bénéficier d’une aide publique de l’Etat.