En 50 ans, deux fois moins d’habitants par logement à La Réunion

logement
Saint-Denis.
Saint-Denis. ©Imaz Press
Selon une étude de l’INSEE publiée, ce vendredi 10 septembre, en 50 ans, il y a deux fois moins d’habitants par logement à La Réunion. Le nombre de résidences principales est multiplié par quatre entre 1968 et 2018.

Deux fois moins d’habitants par logement à La Réunion, en 50 ans. C’est le constat d’une étude de l’INSEE publiée ce vendredi 10 septembre.

Plus de logements, moins de cohabitation

À La Réunion, le nombre de résidences principales est multiplié par quatre entre 1968 et 2018, passant de 82 100 à 332 400. En 50 ans, il augmente de 2,8 % par an. Dans le même temps, la population croît de + 1,5 % par an en moyenne, un rythme deux fois inférieur à celui du nombre de résidences principales.

"Cet accroissement du parc de logements répond aux besoins liés à la croissance de la population mais également au phénomène de décohabitation lié aux changements de mode de vie", précise l’INSEE dans son étude.

Presque deux fois moins de personnes par foyer

Le nombre moyen de personnes par ménage est ainsi passé de 5,0 en 1968 à 2,6 en 2018. "Du fait de la très forte hausse du nombre de logements en 50 ans, le parc des logements est nettement plus récent à La Réunion que dans l’Hexagone", selon l’INSEE.

Des logements plus récents qu’ailleurs

Ainsi, 61 % du parc de 2018 est constitué de logements construits après 1991, soit deux fois plus qu’en France métropolitaine. La maison individuelle reste majoritaire, mais le logement collectif se développe.

Au cours des vingt dernières années, les logements collectifs se sont largement diffusés : en 2018, 32 % des résidences principales sont des appartements, soit 10 points de plus qu’en 1999.

Le confort des logements s’améliore

Beaucoup plus nombreuses qu’il y a 50 ans, les résidences principales réunionnaises ont aussi profondément changé. "Alors que l’habitat de fortune représentait encore 5% des logements en 1990, celui-ci a disparu du paysage des centres urbains, remarque l’INSEE. À l’intérieur du logement, disposer de l’électricité et du confort sanitaire de base (W.-C à l’intérieur du logement, baignoire ou douche) s’est généralisé, principalement au cours des décennies 1970 et 1980".

Au cours des deux dernières décennies, d’autres éléments de confort sont progressivement apparus dans les logements réunionnais : eau chaude (91 % des résidences principales équipées en 2018), chauffe-eau solaire (51 %), climatisation (26 %).

La taille des logements évolue peu en 50 ans

Au cours des trois décennies passées, malgré la baisse du nombre de personnes par ménage, la taille des logements évolue peu, tant en nombre de pièces que de surface.

Ainsi, en 2018, 9 % des résidences principales ont une superficie de moins de 40 m² : c’est deux points de moins qu’en 2008. Cette part est comparable à celle de l’Hexagone.