Enquête sur la NRL : des transporteurs dans le viseur

faits divers
Auditions NRL caserne Vérines juin 2017
©Réunion 1ère
Les gardes à vue des 3 administratifs et de l’élu de la région ont été levées, mercredi en fin de journée. Au cœur des investigations du parquet national financier, le marché du transport des galets.
L’enquête du parquet national financier sur d’éventuels délits de favoritisme, trafic d’influence et corruption dans l'affaire dites la Nouvelle Route du Littoral (NRL) en passe d’être bouclée.
Mercredi 21 juin 2017, il est un peu plus de 22 heures quand Dominique Fournel, élu à la région en charge de ce dossier, quitte enfin la caserne Vérines. Avec trois hauts cadres de la pyramide inversée, ils a été placé en garde à vue mardi matin afin d’être entendu sur le marché du transport des galets. Un marché de 80 millions d’euros pour acheminer des tonnes de roches massives pour construire l’assise de la Nouvelle Route du Littoral.
 
Le transport des galets, un marché de 80 millions d’euros
 
Dans le même temps, Roger Georges, directeur océan indien Vinci et directeur de la SBTPC, était placé en garde à vue. Il a quitté la Sections de recherche, une heure plus tôt. Au cœur des interrogations des militaires et des procureurs parisiens, le marché du transport des galets. Une enveloppe de 80 millions d’euros.
Si l’affaire n’est pas encore bouclée, elle a connu un vrai coup d’accélérateur. Reste à savoir si tous les protagonistes de ce volumineux dossier ont été entendus. Une nouvelle salve d’auditions n’est pas à exclure.
 
Un procès en correctionnelle se profile
 
Michel Allamèle a été auditionné à titre de témoin, mercredi. À sa sortie de la caserne Vérines, l bouillant transporteur, ex-candidat à la présidence de la chambre de commerce et d’industrie de La Réunion, n’a pas hésité à perler de pot de vin. Qui a payé et qui sont les bénéficiaires ? Corrupteurs, corrompus ? Suspects comme témoins sont ressortis libres d’aller et venir après avoir passé plus de 35 heures en face des enquêteurs.
Désormais, il est clair que cette affaire va conduire les suspects devant la 39ème chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris.
©reunion

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live