réunion
info locale

L’éruption du Piton de la Fournaise est-elle vraiment terminée ?

Le Piton de La Fournaise
L'éruption du Piton de la Fournaise, le 12 août 2019.
L'éruption du Piton de la Fournaise, le 12 août 2019. ©Run picture 974
Après une brève interruption et une reprise d’activité, l’éruption du Piton de la Fournaise s’est terminée hier soir à 22h. Est-ce définitif ? La sismicité persiste sous le réservoir de magma et une reprise d’activité n’est pas exclue.
Il s’est finalement rendormi aux alentours de 22 heures, hier, jeudi 15 août. La quatrième éruption du Piton de la Fournaise s’est arrêtée, mais est-ce définitif ? "La sismicité persiste et nous ne sommes pas à  l’abri d’une reprise d’activité comme hier matin", explique Aline Peltier, directrice de l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise.
 

Une sismicité sous le réservoir de magma

"La sismicité est localisée au niveau du réservoir de magma situé sous le cratère Dolomieu donc ça veut dire qu’il y encore du magma qui remonte des profondeurs", poursuit Aline Peltier qui n’évoque pas encore d’arrêt définitif de cette éruption.
 

Il faut voir s’il y a assez de magma pour que celui-ci déclenche l’éruption. Si ce n’est pas suffisant, il faudra s’attendre à une fin d’éruption définitive.


Pas de fumerolles, ni de dégazage, pour le moment, aucune activité n’est visible en surface, mais les heures qui viennent vont être déterminantes. Arrêt définitif, reprise de l’activité sur ce site ou ailleurs : l’Observatoire n’écarte aucune hypothèse pour la suite.
 

Une courte interruption

Hier déjà, l’éruption s’était interrompue durant 4h10. Ce phénomène de reprise d’activité n’est pas nouveau. En 2007 et 2015, il s’était déjà produit.
"Il faut savoir que la reprise d’activité observée hier était extrêmement faible, remarque Aline Peltier. Il n'y avait pas assez de débit pour alimenter les coulées de lave" devenues quasiment imperceptibles. Depuis qu’elle a commencé dimanche 11 août, l’éruption située sur le flanc Est – Sud Est du volcan, en haut des Grandes Pentes ne cesse de surprendre.
  
Pour autant, cette éruption n'est pas exceptionnelle. "Elle est classique en terme de débit", remarque Aline Peltier. La particularité est sa localisation. "Cela faisait longtemps que l'on avait pas eu d'éruption à aussi basse altitude, puisqu'elle se situe à 1 500 mètres". 

Retrouvez ici les images de la coulée réalisée par DRONEST :  

Phase sauvegarde

Ce vendredi matin, le préfet de La Réunion a décidé le passage en phase de sauvegarde du dispositif spécifique ORSEC Volcan. La préfecture indique que "l’interdiction d’accès à la partie haute de l’enclos reste en vigueur jusqu’à nouvel avis. Des reconnaissances seront réalisées dans les prochains jours."
 
 
Publicité