réunion
info locale

L'éruption du piton de La Fournaise ne faiblit pas

nature
Volcan éruption mars 2019
©Jules Corré
Déjà deux semaines, que le piton de La Fournaise s'est ébroué. L'éruption draine toujours autant de monde à la nuit tombée et encore plus le week-end. Malgré les nuages et parfois la pluie, le jeu de lumière de lave dans la nuit est hypnotique.
Cette première éruption de l'année 2019 ne renonce toujours pas. Le piton de La Fournaise se donne en spectacle depuis maintenant 15 jours. Après un démarrage souffreteux, difficile de prédire sa fin. 
Tous les soirs, les curieux, les admirateurs, les volcanologues amateurs et les touristes viennent profiter du spectacle, visible depuis la RN2.
 

La concentration en gaz carbonique, dans le sol, reste importante


Ces dernières 36 heures, les scientifiques ont enregistré deux séismes volcano-tectoniques superficiels sommitaux. Le débit de lave fluctuait, hier, entre 1 et 12 m3/s. Des données enregistrées via les satellites, et donc très dépendantes de la couverture nuageuse.
Les concentrations en CO2 sont toujours très importantes dans les champs proches du gîte du Pas-de-Bellecombe écrivait les volcanologues, ce dimanche 3 mars 2019, sur le site de l'observatoire.
Diagramme de l'OVPF 3 mars 2019
Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre 09h48 (05h48 UTC) le 18 février et le 3 mars à 17h46 (13h46 UTC) sur la station sismique de FLR. ©OVPF/IPGP
 
Publicité