Escroquerie aux voitures de luxe importées de Dubaï : quatre ans de prison requis contre le principal prévenu

justice
Gendarmerie de La Réunion appel à victime affaire escroquerie voiture de luxe 061020
©Gendarmerie de La Réunion
Entre 2017 et 2020, des véhicules de luxe étaient importés depuis Dubaï à La Réunion, vendus comme neufs, mais considérés comme des épaves. Des peines allant de trois mois avec sursis à quatre ans de prison ont été requises au cours du procès de cette affaire d’escroquerie présumée.

Une affaire d’escroquerie présumée aux voitures de luxe importées de Dubaï a été examinée ce mardi 2 novembre, au tribunal correctionnel de Saint-Denis.

Un procès déjà renvoyé

Au cours de ce procès qui devait se tenir initialement le 18 mai dernier, le parquet a requis des peines de prison allant du sursis à de la prison ferme à l'encontre des trois personnes mise en cause.

Pour le cerveau présumé, une peine de quatre ans de prison dont la moitié ferme a été requise, en plus de l'obligation d'indemniser ses victimes et l'interdiction de gérer une entreprise penant cinq ans.

Le parquet demande par ailleurs à ce que sa compagne soit condamnée à six mois de prison avec sursis et à 1 000 euros d'amende. Le père du mis en cause, enfin, risque trois mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende. La décision du tribunal sera rendue le 7 décembre prochain.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Escroquerie voitures de luxe : un mirage venu de Dubaï

Plusieurs victimes

SHOP-RACING bye RC-COMPETITION-LUXE-IMPORT, la société incriminée était basée à Saint-Paul, mais l’affaire concerne l’ensemble du département. Au total, une vingtaine de victimes ont été identifiées.

 

Des épaves vendues pour neuves

Entre 2017 et 2020, des véhicules de luxe étaient importés depuis Dubaï à La Réunion, vendus comme neufs, mais en réalité considérés comme des épaves.

BMW, Porsche, Mustang : les voitures de luxe étaient revendues à La Réunion entre 20 000 et 50 000 euros. Ces véhicules n’étaient pas homologués pour le territoire européen, certains étaient accidentés avec parfois un kilométrage truqué. De plus, les véhicules n’ont pas toujours été livrés, alors que les victimes avançaient une partie ou la totalité de la somme.