publicité

Européennes : quels Réunionnais au Parlement européen ?

33 listes pour les élections européennes ont officiellement été validées hier, vendredi 3 mai. Parmi elles, celles des partis traditionnels mais aussi des listes issus du mouvement social des Gilets Jaunes. Qu’en est-il des candidats réunionnais ? Quelles sont leurs chances ?

Vue du Parlement européen à Strasbourg. © AFP
© AFP Vue du Parlement européen à Strasbourg.
  • Par Lise Hourdel
  • Publié le , mis à jour le
Le 26 mai prochain, les Français sont appelés aux urnes pour procéder au renouvellement des 705 députés européens. La France en comptera 79, si le Brexit venait à être prononcé, sinon 74. Cependant, cette fois il n’y a plus de circonscription Outre-mer. Elle assurait jusque-là 3 eurodéputés ultramarins.

Les partis doivent en effet les intégrer à leur liste nationale unique, et les placer suffisamment haut pour qu’ils soient potentiellement éligibles.
 

33 listes ont été validées

Ils avaient du mardi 23 avril au vendredi 3 mai 2019 pour se déclarer candidats et constituer leur liste définitive. Des listes nationales uniques par parti ou formation, rappelons-le, qui sont au nombre de 33 pour la France. Des listes paritaires sur chacune desquelles figurent 79 noms, soit autant de noms que d’eurodéputés français au Parlement européen.

Les partis traditionnels représentent une quinzaine de ces listes. Trois autres sont issues du mouvement social des Gilets Jaunes : " Evolution citoyenne ", " Alliance jaune " et " Mouvement pour l’Initiative Citoyenne ". Les autres représentent des intérêts catégoriels ou locaux.
 

Les candidats réunionnais

Les 33 listes étant publiées ce samedi 4 mai au Journal officiel, les prétendants à la fonction de député européen sont désormais tous officiellement connus. Des 79 candidats par liste, tous ne seront pas élus.

L’attribution des sièges se fait selon le système de la " proportionnelle à la plus forte moyenne ". Seuls les candidats ayant des listes ayant recueillis au moins 5% des voix sont susceptible d’être élus. Les sièges seront alors répartis proportionnellement au nombre de suffrages recueillis. Ainsi une liste à 5% devrait donner 5 élus, à 6 %, 6 élus, et ainsi de suite.

Selon les sondages actuels, les listes du Rassemblement National et de La République En Marche devraient recueillir plus de 20% des suffrages. En conséquence, le Réunionnais Stéphane Bijoux, 10ème sur la liste LREM devrait décrocher un siège. Younous Omarjee, eurodéputé sortant et 4ème sur la liste France Insoumise, devrait être réélu.

La chose s’annonce en revanche plus compliquée pour les 10 autres candidats réunionnais, à savoir Philippe Naillet 17ème sur la liste PS – Place Publique, Julie Pontalba 6ème sur la liste du PCF, Geneviève Payet 28ème sur la liste Europe Ecologie , Jean-Yves Payet 12ème sur la liste de Lutte Ouvrière, Marie-Luce Brasier-Clain 60ème sur la liste du Rassemblement national, Alain Bénard 23ème sur la liste emmenée par Benoît Hamon, Josette Brosse 20ème sur la liste de Debout La France, Jean-Roland Ango 49ème sur la liste du Mouvement pour l’Initiative Citoyenne, Johan Delplanque 55ème sur la liste Les Patriotes ou encore Sophie Senac 46ème sur la liste de François Asselineau.
 

Le 26 mai, il faudra choisir

La campagne officielle se tiendra du 13 au 25 mai, respectant l’ordre d’attribution des emplacements d’affichage, et l’ordre dans lequel les bulletins seront disposés sur la table des bureaux de vote, tirés au sort.

Les électeurs sont appelés à se prononcer le 26 mai 2019. Ils devront donc choisir parmi 2 607 candidats, répartis sur 33 listes. A noter, une fois élus, ceux qui exerçaient une activité de conseil ou un mandat de maire devront y renoncer.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play