Fermeture du service urologie du CHU Nord : le tribunal administratif recherche des témoignages d’usagers

hôpital
Tribunal administratif dossier de la fermeture du service urologie
Tribunal administratif dossier de la fermeture du service urologie ©Nathalie Rougeau

L’affaire a été examinée devant le tribunal administratif hier, jeudi 14 juin, la décision attendue lundi prochain. D’ici là, le juge a demandé à ce que des témoignages d’usagers du service d’urologie du CHU Nord lui soient fournis. Un numéro de téléphone est joignable.

Usagers, syndicats, Association des maires demandent la réouverture du service d’urologie du CHU Nord. Un recours a été engagé par un des médecins du service devant le tribunal administratif de Saint-Denis pour demander l’annulation de la décision de fermeture du service.

Appel à témoignages avant délibéré

Le juge des référés a examiné l’affaire hier, jeudi 14 juin. Le médecin, une patiente ou encore le responsable des usagers du CHU ont été entendus, et ont ainsi pu expliquer les difficultés que rencontrent désormais les ex-patients du service.

Le Tribunal Administratif rendra sa décision lundi, concernant la fermeture du service d’urologie du CHU Nord NR

La décision du juge des référés devrait être rendue lundi prochain, le 28 juin. Mais d’ici là ce dernier espère recueillir des témoignages d’usagers du service d’urologie du CHU Nord. Ces patients sont ainsi invités à expliquer comment se fait le suivi de leur maladie depuis la fermeture du service. Pour cela, ils peuvent appeler le 06 92 51 49 84 avant la fin du week-end.

"La continuité des soins n’est plus assurée"

Jean-Claude Maden, ex-patient du service d’urologie du CHU Nord, est aujourd’hui l’un de ces patients "déboussolés". Il doit désormais se rendre à différents endroits pour bénéficier de soins. Une situation que semblent connaître plusieurs patients, confirme Antoine Fontaine, le responsable des usagers du CHU.

Pour Antoine Fontaine, la continuité des soins n’est plus assurée. " C’est la première fois qu’on voit ça en France, pour régler un conflit de personnel on ferme un service, laissant sur le carreau 2 200 patients ", explique-t-il.

Un partenariat avec une clinique privée préféré par le CHU

Pour le CHU, il n’y a pas urgence à rouvrir le service urologie puisque des soins peuvent justement être assurés grâce à un partenariat avec une clinique d’un groupe privé. Un courrier a été envoyé aux patients pour leur indiquer les modalités de la continuité des soins.

Une information largement insuffisante selon les usagers eux-mêmes, assure le responsable des usagers. La convention passée avec le groupe privé ne permet pas d’assurer cette continuité et une qualité des soins, insiste-t-il.