La fête de la musique 2020 boycottée par des artistes réunionnais

musique
fete de la musique 2019 saint-denis guitare musicien 210619
©Daniel Fontaine (Réunion la 1ère)
Le premier rendez-vous grand public du déconfinement sera bien différent des précédents. Par la voix du "MIKS" (Mouvman Inter Kiltirel Soldèr), des artistes réunionnais, déjà mécontents avant le confinement, veulent être entendus. Pour Gilbert Pounia, la fête de la musique 2020 sera sans musique.
Avec la crise sanitaire, le monde culturel s'est retrouvé entièrement à l'arrêt. Tous les concerts et les représentations musicales ont été annulés. Mais avant elle déjà, les artistes réunionnais se disaient "sous-payés". Ils estimaient ne pas être assez représentés et beaucoup pointaient aussi du doigt les baisses de dotation de la Région. Le MIKS souhaite changer le fonctionnement du système culturel réunionnais.

 

La fête de la musique 2020 boycottée

Cachets de misères ou encore manque de visibilité, les artisans de la culture réunionnaise veulent plus de représentativité et de soutiens. Un syndicat est en train d'être créé pour organiser leurs paroles. Cette démarche collective, la MIKS l'a exprimé dans son manifeste :
 

Manifeste MIKS

 
Pour Gilbert Pounia (le leader du groupe Ziskakan, créé en 1979), la voix des artistes réunionnais n’est pas assez entendue par les institutions politiques et culturelles.

Il a décidé que ce 21 juin serait sans musique pour lui, un geste de protestation : "C'est une occasion d'interpeller tous les gens. Pas seulement les gens qui organisent dans les salles mais aussi le public réunionnais, que lé prêt à payer 50/75 euros, des sommes énormes pour aller voir des artistes extérieurs, et 18/19 euros pour les artistes peï".
 

" Plus tard nou va jouer, mais là ce 21 [juin] nou la dit stop " explique Gilbert Pounia


(Ré)écoutez Gilbert Pounia, interrogé par Cécile Thomas, dans le journal de 7h de Réunion La 1ère ce matin :
 

Gilbert Pounia ITW Journal de 7h

Les Outre-mer en continu
Accéder au live