Fin du pass sanitaire pour les voyages, mais le retour du test obligatoire sera toujours possible à La Réunion

coronavirus
Aeroport de Gillot
Aeroport de Gillot ©Géraldine Blandin
Le projet de loi sanitaire dans sa nouvelle version a été adopté, mardi 26 juillet, au Sénat. Au 1er août, la fin du pass sanitaire est actée pour les voyages entre l’Hexagone et La Réunion. Cependant, le retour du test obligatoire restera toujours possible.

La fin de l'état d'urgence sanitaire en France s'accompagne de la fin du pass sanitaire à partir du 1er août prochain. Le projet de loi sanitaire dans sa nouvelle version a été définitivement adopté, mardi 26 juillet, au Sénat.

Fin du pass pour les voyages

Au 1er août, la fin du pass sanitaire est actée pour les voyages entre l’Hexagone et La Réunion. Le projet de loi prévoit l’abrogation au 1er août des mesures d’exception contre le Covid-19 telles que le pass sanitaire, mais aussi le confinement et le couvre-feu. Le texte prévoit toutefois la possibilité d’un test obligatoire aux frontières.

Si apparition d’un nouveau variant

Le test PCR négatif pourrait faire son retour pour les voyageurs Outre-mer dans deux cas de figure.

Le gouvernement se laisse le droit d’imposer un test négatif pour les voyageurs en provenance des territoires ultramarins, dans l’hypothèse de l’apparition d’un variant dangereux.

Si saturation des hôpitaux

Il pourrait aussi être à nouveau exigé à l’embarquement pour les voyages Outre-mer, "en cas de risque de saturation" des hôpitaux. Concrètement, si la situation sanitaire se dégrade dans les hôpitaux de La Réunion et notamment au service réanimation, un test PCR négatif pourra à nouveau être exigé pour les voyages.

Les exécutifs locaux et les parlementaires élus dans la collectivité devront cependant être consultés. Ces dispositions, prises après avis de la Haute Autorité de santé, ne pourront être mises en vigueur par décret que pour deux mois, et conditionnées au-delà à un vote du Parlement.

Une situation sanitaire qui se dégrade dans l’île

Les prochains chiffres sur la situation épidémique sont attendus, demain, jeudi, mais depuis deux semaines, la situation se dégrade. Six décès et 4235 nouveaux cas de Covid-19 ont été déclarés du 11 au 17 juillet dernier. Le taux d’incidence a lui franchi les 500 cas pour 100 000 habitants. La semaine dernière, deux lits de réanimation étaient occupés par des patients positifs à la Covid-19, mais ils seraient plus nombreux ces derniers jours.