Fin de l’état d’urgence sanitaire, les modalités d'entrée à La Réunion changent

coronavirus
Aeroport arrivée
©RB Imaz Press Réunion
Fin de la septaine, tests avant départ pour les voyageurs à destination de La Réunion, les modalités d’entrée dans l’île changent avec la levée de l’état d’urgence sanitaire. Les autorités appellent à l’application stricte des recommandations sanitaires.
Les précisions étaient attendues. L’état d’urgence sanitaire a pris fin vendredi 10 juillet à minuit. A partir de ce samedi, certaines restrictions jusque-là imposées sont donc levées, mais pas toutes. La préfecture de La Réunion en communique les détails ce samedi.

 

Fin de la septaine le 11 juillet


A compter de ce samedi 11 juillet, les passagers arrivant à La Réunion ne sont plus soumis à une septaine. Avec la fin de l’état d’urgence sanitaire, la mesure est désormais levée.

Les autorités recommandent tout de même aux voyageurs de porter un masque pendant cette période et de se faire dépister 7 jours après leur arrivée dans l’île. Une précaution pour dépister les éventuels cas asymptomatiques et limiter les risques de propagations de l’épidémie, indiquent-elles.

Une application sera développée par l’Agence Régionale de Santé pour récupérer les contacts des passagers et organiser un suivi et des rappels des mesures de prévention à appliquer.

 

Test obligatoire à partir du 18 juillet


A partir du 18 juillet, il sera obligatoire de réaliser un test avant départ pour venir de métropole, de Mayotte ou de tout autre pays de l’Océan Indien vers La Réunion. Les compagnies pourront refuser un voyageur qui ne serait pas en mesure de présenter un résultat négatif au Covid-19.Le test devra avoir été réalisé dans les 72h avant de prendre l’avion.

Le passager devra également présenter une déclaration sur l’honneur attestant qu’il ne présente de symptôme d’infection au covid-19 ou qu’il n’a pas été en contact avec un cas confirmé dans les 14 jours précédant le vol. Les contrôles de température avant embarquement sont autorisés.

Le port du masque chirurgical reste obligatoire à bord des avions et dès l’embarquement pour les voyageurs, et d’un masque de protection dans l’aérogare pour tous, voyageurs et accompagnateurs de plus de 11 ans.

 

Passagers en provenance de Mayotte


Mayotte reste une zone de circulation active du virus, où l’état d’urgence sanitaire a été prolongé. A ce titre, les passagers en provenance de Mayotte devront justifier d’un motif impérieux pour voyager vers La Réunion.

A leur arrivée dans l’île, ils seront soumis à une septaine stricte, prescrite par arrêté préfectoral. Ainsi, il leur sera demandé de s’isoler à domicile, de protéger les personnes vulnérables ou les proches en refusant tout contact pendant les 7 jours, et de faire appel à un proche pour réaliser les courses.

 

Mesures sanitaires à La Réunion


Le port du masque reste obligatoire dans les transports en commun, les taxis, les VTC, les avions, les navires à passagers, les musées, les lieux de culte et les bibliothèques. Il est aussi obligatoire dans les salles de concert, de spectacle et de cinéma, mais peut être retiré une fois assis.

De plus, le port du masque est recommandé dans les espaces rassemblant du public, tels que les centres commerciaux ou les supermarchés. Il est aussi rappelé l’importance des gestes barrières et de la distanciation sociale.

Les protocoles sanitaires en vigueur dans l’exercice professionnel et dans les établissements recevant du public doivent être strictement respectés. Les protocoles particuliers prévus dans les bars, restaurants et hôtels continuent de s’appliquer également. En cas de non-respect, des sanctions pourront être prises.

Enfin, les autorités recommandent d’éviter les rassemblements, les heures de forte fréquentation des commerces et tous les lieux rendant difficile l’application stricte des gestes barrières.
 
 

Un régime transitoire jusqu'au 30 octobre


A partir de ce samedi 10 juillet, une période transitoire s’ouvre. Elle durera jusqu’au 30 octobre prochain pour l’ensemble du territoire national, à l’exception de Mayotte et de la Guyane, territoires pour lesquels l’état d’urgence sanitaire est prolongé.

Partout ailleurs, le Premier ministre peut ordonner, si la situation sanitaire s’aggrave, c’est-à-dire su une circulation active du virus est constatée, le retour de certaines mesures. Il pourra alors réglementer les déplacements et l’accès aux moyens de transport, l’ouverture des établissements recevant du public, ainsi que les rassemblements sur la voir publique.

De plus, il pourra interdire ou restreindre les déplacements des personnes et la circulation des moyens de transport pour les transports aériens et maritimes. Les déplacements strictement indispensables pour besoins familiaux, professionnels et de santé pourraient alors de nouveau être en vigueur.

En revanche, le confinement généralisé de la population ne peut plus être ordonné.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live