publicité

Le 2 mai 1989, La Réunion était pour la première fois visitée par un pape, Jean-Paul II. Plus de 100 000 réunionnais étaient réunis à La Trinité pour célébrer avec le souverain pontife. Retour sur cette journée, pas comme les autres.

Devine qui vient dîner ce soir ?

Les préparatifs vont bon train, bientôt, le Pape Jean Paul II sera à la Réunion.

La façade extérieure de l’Evêché se pare de drapeaux aux couleurs du Vatican, jaunes et blancs. A l’intérieur de cette grande bâtisse il y a du chamboulement. Mgr Gilbert AUBRY, si hospitalier, va se retrouver au grenier pour laisser au Pape Jean-Paul II son lit. Du petit bureau, à la baignoire, au tableau du Frère Scubillion, à la servante bénévole qui ne sent plus la fatigue tellement elle est heureuse de l’événement… Tout a été préparé minutieusement avec amour. Mais que va manger le Pape ? Pas de menu créole, les épices lui sont interdit depuis son attentat, mais il aura droit aux produits Peï, à travers d’une soupe fait maison avec des légumes venant de la Plaine des Cafres et de Grand-Ilet. Un dindonneau et une salade de palmiste et bien sûr son pêché mignon, une tarte aux pommes. Bon appétit sa Sainteté !!!!

Dominique MARAVAL et Jean DORSEUIL ont rencontré Mgr Gilbert AUBRY qui préparait alors l’hébergement du Pape Jean-Paul II à l’Evêché. Regardez ce reportage diffusé le 29 Avril 1989.

L’exceptionnel rendez-vous, les 2 et 3 mai 1989

 «  De cette visite que je viens de commencer dans l’Océan Indien et en Afrique, c’est ici le point le plus chaud », a dit à dit avec humour, Jean-Paul II à la délégation de jeunes catholiques Réunionnais, venus à l’Evêché dialoguer avec lui.

Regardez ce reportage diffusé le 18 mai 1989. Commentaires de Roland MALET.
 
Jean-Paul II commence la seconde journée de sa visite à la Réunion avec une délégation de vingt-quatre jeunes catholiques.
 

Le message de la jeunesse Réunionnaise

« Tous les jeunes de la Réunion auraient aimé être à notre place, c’est en leur nom que nous sommes ici pour une rencontre unique au monde, désignés par ceux qui nous connaissent. Nous avons pour délicate mission de les représenter devant vous.
Notre groupe représente tous les jeunes de l’Ile, ceux qui sont en paroisse, comme ceux qui sont dans les mouvements. L’ensemble des milieux sociaux est ici présent, ainsi que nos différents milieux de vie : collège, lycée, université. Les jeunes travailleurs et les chômeurs sont aussi des nôtres »
Suite message des jeunes « Mon Saint-Père, je vous remets ce foulard au nom de tous les jeunes de la Réunion et aussi d’un présent offert par les orphelins d’apprentis d’Auteuil (Mgr Gilbert AUBRY met le foulard autour du cou de Jean-Paul II).

 

La réponse du Pape aux jeunes de la Réunion

« Je vais vous lire le message dans cette lettre, à tous les jeunes de votre île, ou bien aux étudiants, ou bien aux travailleurs, à ceux qui sont obligés de chômer à cause de la situation économique qui manque parfois de solution adéquate, pour tous les citoyens et surtout pour les jeunes. Je sais que c’est un problème difficile pour les jeunes partout dans le monde, presque partout dans le monde, c’est le problème du travail. Je serai reconnaissant si vous faites mes interprètes, mes ambassadeurs. »

 

Qu’est-ce que le Pape Jean-Paul II a remis aux jeunes et à tous les journalistes présents à l’Évêché ?

C’est un chapelet qui est montré à l’antenne par le journaliste Bruno MINAS emprunt à une grande émotion sous l’œil amusé de Alex URI.

120 000 personnes sur l’esplanade de la Trinité

C’est au milieu d’une véritable marée humaine que Jean-Paul II fait son entrée sur l’esplanade de Notre Dame de la Trinité accompagné de Mgr Gilbert AUBRY pour la célébration de cette messe solennelle de béatification. Il y a sur l’immense place dégagée et aménagée pour la circonstance quelques 120 000 personnes rassemblées. Le cinquième de la population totale de l’île.

Regardez ce reportage diffusé le 18 mai 1989. Commentaires de Roland MALET.
 

Nou lé blancs, nou lé noirs, nou lé toutes couleurs Et na vivre ensemble encore plu meilleur

Monseigneur AUBRY va faire à son hôte, venu de si loin, en visite, la présentation de la terre d’accueil, terre d’accueil, terre aimée, qui porte un peuple d’un métissage culturel, unique au Monde.

" Si nous ne sommes pas les premiers responsables de nous-mêmes, qui le sera ? Nous avons besoin de faire droit aux espérances des jeunes et à

la mise en valeur de la Réunion, par le travail, par une juste fierté


face à son devenir, à travers nos manières de vivre et les choix que nous sommes amenés à faire face au nombre de chômeurs qui ira grandissant. Nous ne pourrions pas nous bercer d’illusions,  ou nous réfugier derrière des alibis. Les nécessaires solidarités nationales et européennes ne doivent pas se muer en assistance débordantes de par nos propres comportements. Et comment faire pour que les mesures sociales, le revenu minimum d’insertion, contribue à une réelle formations, prépare à des emplois, à des emplois compétitifs, donne le goût d’entreprendre ici et ailleurs aussi  dans une possible mobilité. "
Mgr Gilbert Aubry





 

Rest’ pas dans le fénoir, viens dans la lumière

Message d’adieu du Pape :

en vous quittant, je vous emporte dans mon cœur, je vous garde dans ma prière 

l"a Réunion n’est pas un Paradis terrestre…. Je vois sur vos visages souriant des soucis et préoccupations qui traversent l’humanité d’aujourd’hui. La nature séduisante et tumultueuse qui vous environne est là pour vous rappeler que la vie de l’homme sur terre est un combat sans cesse à recommencer. Qu’il faut toujours aller de l’avant sans jamais s’installer. Cependant pour faire face à l’avenir, votre société dispense d’un atout que l’on peut vous envier dans bien des régions du monde : votre unité. En effet, la population de la Réunion est la preuve que des gens venus d’Europe, de Madagascar, d’Afrique, de l’Inde, du Pakistan, de Chine peuvent vivre ensemble et travailler la main dans la main.
Avec vos frères et sœurs des iles voisines, développer ce précieux patrimoine de l’entente entre les ethnies et l’esprit de concorde entre membres de la grande famille humaine. Continuer à bâtir l’église chez vous avec responsabilité et avec détermination."