Grève : les sapeurs-pompiers montent au créneau et prévoient de durcir le mouvement

grève
Les sapeurs-pompiers de quatre casernes de La Réunion sont en grève
Les sapeurs-pompiers de quatre casernes de La Réunion sont en grève ©Réunion La 1ère
Les soldats du feu des casernes de Saint-Pierre, Saint-Denis, Sainte-Marie est Sainte-Suzanne sont en grève depuis ce matin. Ils dénoncent notamment le régime des gardes et réclament une revalorisation de leurs heures. Des pompiers bien décidés à durcir le mouvement.

La colère monte chez les sapeurs-pompiers. A l'appel du syndicat "Action Catégorie C", quatre casernes de l'île sont en grève. Une trentaine de professionnels ont manifesté devant la direction du SDIS, à Saint-Denis.

12 heures de garde plutôt que 24 

Les soldats du feu déplorent une dégradation de leurs conditions de travail. Au cœur de leurs revendications, la revalorisation des heures de garde. Elles sont aujourd'hui de 24 heures à La Réunion contre 12 initialement prévues par la directive européenne. 

"Quand vous faites une garde de douze heures, vous êtes payés heure pour heure. Ce qui font des gardes de 24 heures, ce qui est le plus répandu sur le département, vous êtes sur un système d'équivalence. Ce qui fait que vous êtes payés que 17 heures sur les 24" déplore Michel Gonot, président d'"Action Catégorie C". 

"Ça ne va pas se mettre en place en cinq minutes"

La direction du SDIS a rencontré les grévistes en fin de matinée. Mais le Colonel Leguillier, directeur du SDIS974 prévient, ce type de négociation prend du temps. 

"Travailler en 12 heures plutôt qu'en 24 heures, ça modifie l'organisation du travail, l'effectif qu'il faut mobiliser pour assurer le service. Et ça prend du temps, tant pour faire une prospective objective pour que l'on puisse après le présenter au conseil d'administration et que des décisions soient prises. Ça ne va pas se mettre en place en cinq minutes". 

Ultimatum des sapeurs-pompiers 

Pour les grévistes, le temps est compté. Ils réclament des négociations au plus vite. Leur date d'ouverture sera connue à la suite de la rencontre de ce mardi 29 février, entre le Président du SDIS et le directeur. Si cette date n'intervient pas dans la semaine, les pompiers menacent de durcir le mouvement. 

Le reportage de Réunion La 1ère : 

Sapeurs-pompiers : un piquet de grève devant la direction