Grippe aviaire à La Réunion : l’Etat prend des mesures pour empêcher la diffusion du virus

agriculture
volaille
©leconomiste.com
Des cas de grippe aviaire ont été identifiés dans quatre basses-cours familiales des hauts de Saint-Paul. Plus d’une centaine de volailles ont été abattues. Les autorités prennent des mesures pour empêcher la diffusion du virus dans une zone de dix kilomètres autour des lieux de contamination.

C’est désormais une zone sous haute surveillance des hauts de Saint-Paul. Suite à la découverte de cas de grippe aviaire dans quatre basses-cours familiales, les autorités ont pris des mesures pour empêcher la diffusion du virus dans ce périmètre de dix kilomètres autour des lieux de contamination.

Une zone réglementée de dix kilomètres

Dans cette zone réglementée, il y a une zone de protection de trois kilomètres et une zone de surveillance de dix kilomètres définies par arrêté préfectoral publié ce jeudi 6 octobre.

Des contrôles des animaux

Dans ce périmètre, les professionnels et particuliers détenteurs de volailles sont tenus à des obligations déclaratives, à des visites vétérinaires à la demande de la DAAF pour contrôler l’état sanitaire des animaux.

Ils doivent aussi déclarer obligatoirement à la DAAF toute apparition, sur les volailles, de signes cliniques évocateurs de la grippe aviaire ou toute augmentation de la mortalité ainsi que toute baisse importante dans les données de production.

Rassemblements de volailles interdits

Toujours dans ce périmètre, les rassemblements d’oiseaux et notamment les volailles vivantes dans les foires, marchés, les expositions et les gallodromes (lieux de combats de coqs), sont interdits. Les lâcher de gibier à plumes sont aussi interdits. Enfin, il faut éviter les rassemblements de personnes élevant, détenant ou en contact avec des volailles ou autres oiseaux.

Le Préfet de La Réunion appelle "chacun à la plus grande vigilance et, au sein de la zone réglementée, au respect strict des prescriptions face à ce risque pouvant avoir des conséquences économiques et sanitaires animales très importantes".

Suite à la confirmation des cas de grippe aviaires, des mesures d’urgence ont aussi été prise avec l’euthanasie des volailles et canards détenus dans les quatre basses-cours touchées.