Guerre en Ukraine : réactions à La Réunion

océan indien
Kristina étudiante Russe à La Réunion
Kristina, étudiante Russe à La Réunion, réagit à la guerre entre l'Ukraine et La Russie ©Réunion La 1ère
Ce jeudi 24 février, la Russie a déclaré la guerre à l’Ukraine en envahissant son territoire après avoir reconnu la souveraineté des séparatistes prorusses. Une situation également vécue, et commentée, à La Réunion par des citoyens Russes et la classe politique.

Kristina a 22 ans. Cette étudiante à l’Université de La Réunion est arrivée sur l’île Intense en août dernier pour poursuivre son master d’Anglais. Originaire d’Iochkar-Ola en Russie, elle vit la guerre entre l’Ukraine et son pays à 10 000 kilomètres de chez elle.

Regardez votre reportage de Réunion La 1ère :

Kristina, étudiante Russe actuellement à La Réunion, réagit à la guerre entre son pays et l'Ukraine

Un conflit que la jeune femme a du mal à comprendre, d’autant qu’elle a des amis en Ukraine. Ces derniers partagent depuis ce matin des photos et vidéos sur les réseaux sociaux. Kristina est stressée en les voyant vivre la guerre de l’intérieur.

Franchement, je pense qu’il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas ce qui se passe. Même moi j’essaie de suivre les actualités chaque jour. Mais c’est tellement difficile de comprendre (…) pourquoi ça se passe.

Kristina

Kristina étudiante Russe à La Réunion
Kristina, étudiante Russe à La Réunion, réagit à la guerre entre l'Ukraine et La Russie ©Réunion La 1ère

Selon Kristina, les populations Russes et Ukrainiennes refusent cette guerre.

Tout ce que je peux dire c’est que les gens, les citoyens ne veulent pas de la guerre. Nous les citoyens Russes, on ne veut pas de la guerre. Moi je connais beaucoup de gens, Ukrainiens, qui ne veulent pas non plus.

Kristina

Si la jeune étudiante peut évoquer le conflit avec ses compatriotes installés ici à La Réunion ou ses amis en Ukraine, il est plus difficile d’en parler avec ses proches en Russie. "La famille ne parle pas de ça" précise-t-elle.

Au 21ème siècle, ça me brise le cœur qu’il y ait toujours des guerres (…) parce que c’est la peur, parce que c’est la mort, c’est terrible.

Kristina

Les tensions sont restées vive entre les deux pays, trente ans après la chute du bloc soviétique et l’indépendance de l’Ukraine. Une partie de la population du pays est toujours prorusse quand l’autre est indépendantiste.

Après des protestations lors des élections du président Ukrainien en 2004, soutenu par Moscou, c’est la Crimée qui passe aux mains des Russes suite à un référendum en 2014 qui met de l’huile sur le feu.

Depuis octobre 2021, les soldats du Kremlin sont aux portes de l’Ukraine. Ils sont passés  l’offensive ce matin.

Décryptage de l'invité du 19H

Bruno Guigue : ex-haut fonctionnaire et essayiste

Réactions également de la classe politique à La Réunion

Une action dénoncée par la communauté internationale. Le chef d’état Français, Emmanuel Macron, a tenu un discours cet après-midi pour dénoncer la déclaration de guerre de Vladimir Poutine et indiqué que des sanctions seront mises en place contre le Kremlin.

Le président du Conseil Départemental a réagi sur les réseaux sociaux. Cyrille Melchior a apporté son soutien au président de La République.

Le député européen Younous Omarjee a également dénoncé "cette violation gravissime par La Russie du droit intrenational."

En visite dans le département, le candidat à l’élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon demande "un cessez-le-feu immédiat et la sortie des troupes russes d’Ukraine."

Vincent Defaud, membre du conseil exécutif de Génération Ecologie, chargé des Outre-mer, condamne "fermement cette action illégale déclenchée par Vladimir Poutine. Ce qui se joue aujourd’hui en Ukraine est l’expression d’une attaque contre la démocratie et d’une volonté expansionniste."

Génération Ecologie qui appelle "à la prise de sanctions économiques fortes et rapides et appelons au déploiement immédiat d’une force de maintien de la paix dans la région, afin de protéger les populations civiles ukrainiennes."