réunion
info locale

Hospitalisé, des squatteurs envahissent son logement

logement
Logement insalubre au Port
©Réunion La 1ère
Au Port, un homme vit depuis plusieurs mois dans des conditions insalubres. Revenu d'une hospitalisation en août 2019, il a retrouvé son appartement complètement ravagé par les détritus. Ses appels à l'aide successifs n’ont pas été entendus jusqu'à présent. 
Julien-Claude Sautron, 53 ans, a subi une lourde opération du coeur l'an dernier. Une intervention chirurgicale qui l'a contraint à rester hospitalisé durant plusieurs mois. Il a donc confié son appartement du Port à quelqu'un, le temps de son absence. Mais quelle ne fut pas sa déconvenue à sa sortie d'hôpital en juillet dernier. Porte d'entrée cassée, détritus sur les sols, lit et fauteuils abîmés.... son appartement de la Sodiac est méconnaissable. Des personnes auraient profité de son hospitalisation pour squatter puis saccager son logement. 
 
Logement insalubre au Port
©Réunion La 1ère

Malade, et sous appareil respiratoire, Julien-Claude Sautron a dormi durant quelques temps sur son balcon, l'espace de vie étant inhabitable, mais très vite on lui coupe l'électricité. Le quinquagénaire n'a d'autre choix que dormir dans sa voiture. Selon lui, une assistante sociale lui aurait assuré qu'elle prenait en charge son dossier et qu'il bénéficierait d'une aide-ménagère, mais depuis rien. 

Du côté du bailleur, un membre du personnel de la Sodiac est venu constater les dégâts cette semaine, mais Julien-Claude Sautron attend qu'un responsable fasse le déplacement afin de pouvoir expliquer sa situation. Il est désormais sans emploi, sans mutuelle, sans bail et endetté. 
 

« Aujourd’hui j’ai plus de vie, c’est comme si je vis dans la rue ! » J.C Sautron


Les services d'EDF, alertés grâce à l'émission Les Experts de Réunion La 1ère, ont rétabli, il y a quelques jours, le courant dans l'appartement.
 
Logement insalubre au Port
©Réunion La 1ère
Aujourd'hui, les membres de l'association "La Rue 974" sont venus l'aider à remettre en état son lieu de vie afin qu'il ne soit plus obligé de dormir cette nuit encore dans sa voiture. 

Le reportage de Laurent Figon :