Incendies en Australie : l’inquiétude des Réunionnais sur place

incendies
Incendies en Australie inquiétude R2unionnais 221219
Un camion de pompiers stationne sur une route alors qu'un feu ravage les environs de Bargo, au sud-ouest de Sydney, le 21 décembre. ©PETER PARKS / AFP
En quelques semaines, 3 millions d’hectares, soit la surface de la Belgique, ont été détruits par les feux. Avec la chaleur et les fumées, l’air est devenu irrespirable. Installé à Sydney, ville particulièrement exposée, un Réunionnais témoigne.
Les températures battent des records et pourraient continuer à monter, jusqu’à parfois 47°C. La côte Est est en effet sous une vague de chaleur qui a déclenché des centaines de feux.

Tous les ans, le pays subit des incendies de brousse, mais cette fois, ils sont particulièrement précoces et violents.
Incendies en Australie inquiétude Réunionnais 221219
©France Télévisions
 

3 millions d’hectares détruits

Dans la région de Sydney, l’équivalent de la surface de la Belgique est déjà parti en fumée depuis septembre. Le feu n’est plus qu’à 130 km de la ville. Ses 5,2 millions d’habitants en ressentent de plus en plus les effets.

La situation y est compliquée. Les habitants sont asphyxiés, et en conséquence les hôpitaux sont débordés. Rémi de Cambière est un Réunionnais installé à Sydney. Sur place, l’inquiétude est importante pour la communauté réunionnaise.

Son témoignage recueilli par Nathalie Rougeau.
©Reunion la 1ère
 

Un phénomène hors de contrôle

Plus de 3 000 pompiers, venus de toute l’Australie, sont engagés dans une bataille que certains pensent impossible à gagner dans les conditions actuelles.

Dans la nuit de vendredi à samedi, deux pompiers volontaires sont morts. 10 personnes ont déjà perdues la vie et 800 maisons ont été détruites.
 
Incendies en Australie inquiétude Réunionnais 221219
Des pompiers et des agents du service des parcs nationaux et de la faune sauvage (NPWS) combattent un feu aux abords du lac Tabourie, au sud de Sydney, le 5 décembre 2019. ©STRINGER / REUTERS
La situation est désormais incontrôlable a reconnu la responsable de la province. Seules de véritables pluies permettraient de venir à bout de ces feux. Hélas, aucune pluie n’est prévue avant deux mois.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live