Interdiction de vente des fleurs et feuilles de CBD, la filière péi veut se structurer

agriculture
CDB cannabidiol cannabis chanvre
©IPR
Fin de la vente aux particuliers des fleurs ou des feuilles brutes, mais les agriculteurs peuvent continuer à cultiver et vendre du CBD à condition de le transformer. Le texte adopté le 30 décembre dernier change la donne, et la filière péi veut en tirer avantage.

Les fleurs ou les feuilles de CBD sont interdites à la vente aux particuliers depuis un arrêté du 30 décembre 2021. Le CBD est une substance issue du cannabis, aux propriétés relaxantes et sans effet psychoactif. Il n’est donc pas addictif comme le THC, qui est lui interdit.

La teneur en THC du CBD ne doit pas dépasser 0,2%, le cannabidiol n’est donc pas considéré comme une drogue. Plusieurs boutiques spécialisées ont ouvertes à La Réunion.

Regarder le reportage de Réunion la 1ère :

Les fleurs et feuilles de CDB désormais interdites à la vente aux particuliers ©Réunion la 1ère

 

Des produits transformés plutôt que des fleurs ou des feuilles brutes

Impossible donc désormais de fumer ou de boire en tisane du CBD. En 2020, la Cour de justice de l’Union européenne avait rejeté l’interdiction du CBD en France, car la molécule ne peut être considérée comme un stupéfiant.

Le texte autorise la culture et le commerce de certaines variétés de cannabis, mais uniquement pour fabriquer des cosmétiques ou des compléments alimentaires, à condition que les produits contiennent moins de 0,3%. La vente de plants et la pratique de bouturage sont interdites pour les particuliers.

CBD cannadidiol
©IPR

Vers une "filière d’excellence de chanvre réunionnais"

L’arrêté ouvre la porte à l’importation, la production et à l’exportation, aux agriculteurs donc de transformer ou de déléguer la manipulation des futures récoltes. L’association Chanvre Réunion estime que le texte doit permettre de " construire une filière d’excellence de chanvre réunionnais ".

Pour Benjamin Coudurier, son président, la filière locale doit se doter des moyens de répondre à cette réglementation par la création d’une coopérative pour transformer la production.