réunion
info locale

Les journalistes du "Quotidien" réclament le départ de leur directeur

médias
La rédaction du "Quotidien" est en grève ce mardi 27 août.
La rédaction du "Quotidien" est en grève ce mardi 27 août. ©LP
Les journalistes du "Quotidien" réclament le départ du directeur de leur rédaction, Patrick Planchenault. Ils déplorent un "nouvel épisode de censure d’une enquête sur la SPL Réunion des Musées Régionaux" la semaine dernière.
Réunis en assemblée générale, mardi 24 septembre, les journalistes de la rédaction du "Quotidien" réclament le départ du directeur de leur rédaction. A l'appel du SNJ, ils se sont prononcés favorablement à 94,87 % sur une motion de défiance à l’encontre du directeur de la rédaction, Patrick Planchenault.

Le taux de participation au vote était de 69,64%. La question posée était : "faites-vous toujours confiance à Patrick Planchenault pour incarner la ligne éditoriale du Quotidien en conformité avec les valeurs défendues par ce journal depuis 40 ans ?"
 

"Un nouvel épisode de censure"

Dans un communiqué, les journalistes expliquent que "ce vote intervient alors qu’un nouvel épisode de censure a frappé une enquête sur la SPL Réunion des Musées Régionaux la semaine dernière". La rédaction déplore les décisions de son directeur : 
 

A son arrivée en mai dernier, le directeur de la rédaction avait pourtant des missions claires. (…) Ces missions n’ont pas été remplies. (...) Au contraire, depuis cinq mois, Patrick Planchenault trahit l’histoire de ce journal et censure le travail des journalistes en cédant aux pressions des annonceurs (groupe Hayot, Région Réunion…), voire en les devançant. Ce qui relève d'un changement de ligne éditoriale inédit.


Les journalistes du "Quotidien" exigent notamment de leur direction : "l’arrêt immédiat de toute censure ; le respect de la Charte d'éthique professionnelle des journalistes ; l’ouverture de véritables négociation sur la transformation de la rédaction vers le numérique et le départ de Patrick Planchenault".

Le 27 août dernier, à l'appel du SNJ, le Syndicat National des Journalistes, la rédaction du "Quotidien" était déjà en grève pour protester contre leur direction qui avait refusé la publication de deux articles. 
 
Publicité