publicité

Journée morte pour la Police Nationale

Après la colère des Gilets Jaunes, celle des gyros bleus. Les fonctionnaires de police, qui se disent épuisés par les derniers mouvements de contestation, observent une journée morte aujourd'hui dans les commissariats. 

© Réunion La 1ère
© Réunion La 1ère
  • IP avec Nathalie Rougeau
  • Publié le , mis à jour le
Pas de mobilisation dans la rue, mais une contestation silencieuse à leur poste de travail. Les syndicats de police, qui répondent à un mot d'ordre national, appellent au service minimum dans les commissariats ce mercredi.
 

On ne fait pas de prévention, aujourd'hui on intervient sur l'urgence


Crise sociale, lutte contre le terrorisme.... les policiers ont été fortement mis à contribution ces derniers mois. Ils se disent exténués et réclament plus de moyens.

Les policiers nationaux demandent plus de reconnaissance.

Leur réponse au gouvernement qui annonçait hier soir une prime exceptionnelle de 300 euros: "on ne veut pas des miettes!"
Ils demandent 300 euros de plus par mois et le paiement des 6 000 à 10 000 heures supplémentaires effectuées au plus fort de la crise sociale notamment. L'exécutif a réaffirmé aujourd'hui sa volonté de payer les 274 millions d'euros dus aux policiers. Hier, Christophe Castaner, Ministre de l'Intérieur, a toutefois rappelé que ce stock d'heures supplémentaires avait commencé à s'accumuler non pas "ces derniers mois (...) mais depuis des dizaines d'années."
 
© Réunion La 1ère
© Réunion La 1ère
Les députés doivent adopter, demain, 20 décembre, le budget des forces de sécurité. Cette journée morte sera suivi d'autres si le budget, moins de 62 millions d'euros sur l'investissement dans la Police Nationale, est adopté en l'état. 

Le reportage de Nathalie Rougeau et Willy Fontaine:
Journée noire pour la Police Nationale

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play