L'arrow-root en fête ce week-end à la Plaine-des-Grègues

traditions
Guibert Hoareau en phase de préparation de sa farine d’arrow-root
Guibert Hoareau en phase de préparation de sa farine d’arrow-root ©Loïs Mussard
La Plaine-des-Grègues capitale du curcuma, mais pas seulement ! Depuis plusieurs années, les producteurs de ce quartier des hauts de Saint-Joseph se sont diversifiés en relançant la culture de l’arrow-root. L'un d'eux ouvre les portes de son installation ce week-end.

Avec sa blancheur illuminant les tables de séchage et sa finesse aux allures de flocons de neige, cet arrow-root de la Plaine-des-Grègues est de qualité ! Cette arrow-root ou “rouroute” vient de chez Guibert Hoareau.

De son œil averti, le Saint-Josephois sait débusquer les poudres tronquées, mélangées à de la farine pour en augmenter le rendement. Pour le grand public, il dispose aussi d’une astuce infaillible pour jauger de la pureté des produits : "L’arrow-root de bonne qualité, jamais il ne faut le mettre dans l'eau ! Dans l'eau, la poudre descend. Si c'est mélangé à la farine, la farine est plus légère et reste sur l'eau donc c'est mélangé. Mais si ça descend, c’est impeccable."

 Regardez le reportage de Réunion la 1ère :

La Plaine-des-Grègues capitale du curcuma, mais pas seulement ! Les producteurs de ce quartier de Saint-Joseph se sont diversifiés en relançant la culture de l’arrow-root

Une tonne de rouroute, un an de travail

Avant de mettre les gants pour aérer la noble et blanche matière, il faut savoir se salir les mains en allant gratter la terre. Car l’arrow-root, c’est un an de travail avant sa transformation en poudre et beaucoup de racines à récolter : "pour avoir une tonne de poudre, il faut 6 à 7 tonnes de patates, qu'il faut laver, casser, broyer et filtrer en trois fois pour que ça soit bien blanc pour avoir un produit fini", explique le producteur.

Guibert Hoareau en phase de préparation de sa farine d’arrow-root
Guibert Hoareau en phase de préparation de sa farine d’arrow-root ©Loïs Mussard

           

Les fameux bonbons 

De la racine appréciée pour ses vertus apaisantes lors de la poussée dentaire des bébés, en passant par son action cicatrisante pour la peau et ses bienfaits en matière de digestion et d’infections urinaires, l’arrow-root constitue également l’ingrédient incontournable des fameux bonbons ! "Il faut de la rouroute, du sucre, du beurre et des blancs d'œuf, confie le producteur. Avec tout ça, on fait une pâte, on étale, on fait les ronds et on met au four".

Guibert Hoareau et sa recette traditionnelle de bonbon « la rouroute » (arrow-root)
Guibert Hoareau et sa recette traditionnelle de bonbon « la rouroute » (arrow-root) ©Loïs Mussard

Dit comme ça, pas de quoi se casser la tête ! Mais en fait, si, puisqu'il faut être doté de patience et prêt à changer de casquette ! Et Guibert n’a pas hésité de passer du chapeau d’agriculteur à la "charlotte" des pâtissiers. Un bon bonbon réalisé à la bonne cuisson, découpé de mains de maître et enfourné à juste degré, de quoi faire saliver les amateurs de tradition péï !

Les bonbons de Guibert et ses autres spécialités sont à découvrir à l’occasion des journées portes ouvertes organisées ce week-end, les 10 et 11 septembre, à la Plaine des Grègues, sur l’exploitation de Guibert Hoareau.