L’Astrolabe de retour à La Réunion après cinq mois dans l’Antarctique

mer
L’Astrolabe de retour à La Reunion - 2
L’Astrolabe de retour à La Réunion ©Nadine Bachelot

Ce jeudi 1er avril, le patrouilleur polaire l’Astrolabe est de retour à La Réunion après cinq mois et demi de mission dans l’Antarctique. Les familles étaient présentes pour accueillir les marins de ce navire brise-glace de la marine nationale.

Après cinq mois en mer, l’Astrolabe est de retour à La Réunion. Ce jeudi 1er avril, vers 15 heures, l’impressionnant navire brise-glace de la marine nationale est entré dans le Port-Ouest en suivant le bateau pilote qui l’a aidé à réaliser sa manœuvre.

Une mission dans les glaces

Long de 72 mètres, le patrouilleur polaire est de retour dans l’île après cinq mois et demi de mission en Antarctique. Les marins ont connu des conditions de navigation extrêmes lors de cette mission dans les glaces, mais aussi dans les 40e hurlants et les 50e rugissants. Livré en 2017 par le chantier naval Piriou de Concarneau, l’Astrolabe est capable de naviguer dans des glaces d’une épaisseur de 80 cm.

L’Astrolabe de retour à La Reunion - 1
L’Astrolabe de retour à La Réunion ©Nadine Bachelot

 

Deux équipages de la Marine Nationale

Le patrouilleur polaire l’Astrolabe est le seul brise-glaces français. Navire de plus de 4 000 tonnes, il est armé par deux équipages d’une vingtaine de marins de la Marine Nationale. De retour à La Réunion, ce jeudi, l’équipage A a passé trois mois en mer. En janvier, il avait relevé l’équipage B, à Hobart. Ce dernier avait quitté La Réunion en octobre 2020 pour une première rotation vers la terre Adélie, via Hobart.

Durant cet été austral, le navire a assuré des MSLA, des Missions de Soutien à la Logistique en Antarctique. Il s’est rendu dans le district des TAAF, Terres Australes et Antarctiques Françaises, de Terre Adélie et a aussi ravitaillé la base Dumont-D’Urville.

Transport de fret, de carburant, et de passagers

Le transport de fret et notamment de vivres, de carburant mais aussi le transport de passagers entre l’Australie et la base scientifique française font partie de ses missions assurées pour le compte de la collectivité des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) et de l’Institut polaire français (IPEV).

2,3 millions de km² d’eaux

En revanche, durant l’hiver austral, l’Astrolabe assure des missions de souveraineté dans les zones économiques exclusives françaises, notamment dans les TAAF, et sous le contrôle des FAZOI, les Forces Armées de la Zone Océan Indien. Le territoire des TAAF est extrêmement étendu, il représente 2,3 millions de km² d’eaux.

L’Astrolabe de retour à La Réunion après près de 6 mois de mission ©Réunion la 1ère