La collision avec un bateau est la première cause de mortalité des tortues marines de La Réunion

environnement
La femelle tortue verte, baptisée Lulu, a été photographiée il y a quelques jours au large de Boucan Canot.
La femelle tortue verte, baptisée Lulu, a été photographiée il y a quelques jours au large de Boucan Canot. ©Kélonia
A moitié paralysée suite à un choc avec un bateau, la tortue verte Lulu a été photographiée ces derniers jours au large de Boucan. L'occasion pour Kélonia de rappeler que les bateaux sont les principaux ennemis des tortues marines.

La femelle tortue verte, baptisée Lulu, a été photographiée il y a quelques jours au large de Boucan Canot. Elle avait été identifiée la première fois en décembre 2012 et depuis, elle est observée de temps en temps, principalement de nuit. 

       

Paralysée du train arrière

En juillet 2021, des photos de Lulu avec une blessure à la carapace avaient été transmises à Kélonia. Des vidéos filmées par des plongeurs avaient aussi montré qu’elle a le train arrière paralysé. Elle n'a plus usage de ses pattes arrières. Pour Lulu, ce sera donc impossible qu'elle se reproduise un jour, bien qu’elle ait atteint la taille de maturité sexuelle.

         

La collision : principale cause de mortalité

Malgré sa blessure, Lulu s'est déplacée de Canyon vers Boucan. Mais elle reste dans la zone où sont observées 95% des tortues victimes de collision avec les bateaux. Depuis 2018, la collision est devenue la première cause de mortalité des tortues marines à La Réunion. Avec seulement 14% des tortues qui survivent à leurs blessures.

       

Vitesse limitée de 5 nœuds

Pour rappel, la règlementation limite à 5 nœuds la vitesse dans la zone des 300m depuis la côte ou depuis la barrière de corail. Et en dehors de cette zone, les études montrent que la limitation de la vitesse à 10 nœuds permet de réduire les collisions avec les tortues qui remontent en surface pour respirer ou se chauffer au soleil.