La lutte contre les rats dans les champs de cannes de Petite-Ile après le passage de Batsrai

cyclones
Dératisation
Dératisation ©Réunion La 1ère
La prolifération des rats fait partie des conséquences du passage du cyclone Batsirai. A Petite-Ile, agriculteurs et particuliers mènent une importante campagne de dératisation. Ces rongeurs sont aussi porteurs de leptospirose.

Comme après chaque passage de cyclone, les rats s'invitent dans les champs. Leur prolifération ces derniers jours fait suite au passage de Batsirai.

Des produits raticides

A Petite-Ile, Manuella Lauret, agricultrice, arpente son champ de canne avec des sachets de produits raticides. "Après le passage du cyclone, la canne est penchée donc encore plus accessible pour être manger par le rat, explique Manuella Lauret. Si on ne traite pas correctement les champs de cannes cette année, il y aura une perte de rendement".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Après le cyclone Batsirai, les rats viennent chercher à manger dans les champs. A Petite-Ile, les agriculteurs luttent contre ces rongeurs porteurs de leptospirose

Comme chaque année, la FDGDON, Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles, organise une grande campagne collective pour permettre aux agriculteurs et particuliers de s’approvisionner en raticide.

Des rats affamés

Affaiblis et perturbés par le mauvais temps, les rongeurs viennent reprendre des forces et se nourrir chez les agriculteurs. Ils quittent les lits des rivières pour trouver canne à sucre et fruits à même le sol.

Après le passage du cyclone, il faut sauver ce qui peut l'être. Pas de quoi perdre son champ, mais les dégâts causés par les rat peuvent doubler la facture.

La menace de la leptospirose

Les rats sont aussi porteurs de maladies mortelles pour l'homme, comme la leptospirose. "Il y a encore plus de 150 cas de leptospirose, et des décès, explique Thierry Hoarau, président de la FDGDON, Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles. C'est pour ça que les agriculteurs s'investissent dans cette lutte car on est tous concernés par ce qu'il se passe".

Des gestes pour tous

"Les particuliers aussi se mettent à lutter contre ce fléau", assure-t-il. Eviter les dépôts sauvages, entretenir son jardin et supprimer les sources de nourritures sont des gestes qui peuvent être faits par tous.