La nouvelle fresque de l’église Notre-Dame du Bon Port de Terre-Sainte rend hommage au métissage

culture
Une vierge métisse, nouvelle fresque de Notre-Dame du Bon Port
Une vierge métisse, nouvelle fresque de Notre-Dame du Bon Port ©Loïs Mussard
Une fresque monumentale orne désormais l’église Notre-Dame du Bon Port de Terre-Sainte. A quelques semaines de noël, la peinture met en scène le sauvetage de naufragés, sous l’œil bienveillant d’une vierge métisse. Un chef d’œuvre hautement symbolique.

Peinte sur presque 10 mètres de haut sur plus de 5 mètres de large… La fresque aura demandé un mois et demi de travail. Le projet remonte à trois, mais avec la crise sanitaire, il a fallu s'armer de patience et de persévérance pour mener à bien la réalisation.

La scène représente deux barques qui défient les flots tumultueux, pour secourir des naufragés, sous le regard bienveillant de Notre-Dame du Bon Port. Une vierge et un enfant Jésus au visage métissé.

Une vierge métisse, nouvelle fresque de Notre-Dame du Bon Port
Sous l'œil attentif, curé de l'église de Terre-Sainte du Père, la sœur Marie Anastasia peaufine les détails de la fresque monumentale. ©Loïs Mussard

C’est justement le message que veut passer le père Isaïe Audhuy, curé de Notre-Dame du Bon Port de Terre-Sainte : " Chacun et chacune pourra se reconnaître dans la vierge ou dans l'enfant Jésus."  

Le reportage de Réunion la 1ère

Une vierge métisse, la nouvelle fresque de l’église Notre-Dame du Bon Port de Terre-Sainte sera dévoilée ce dimanche

Cette création a été réalisée par deux femmes : soeur Marie-Anastasia, plasticienne, conceptrice de la fresque et Julie Daccache, architecte d’intérieur libanaise. Elles appartiennent toutes les deux à la communauté des Béatitudes, comme le père Isaïe Audhuy, le curé de la paroisse de Terre-Sainte, qui a fait appel à leurs talents. 

Une vierge métisse, nouvelle fresque de Notre-Dame du Bon Port
Julie, une laïque architecte d'intérieur, originaire du Liban et sœur Marie Anastasia, conceptrice de la fresque et plasticienne, appartiennent toutes les deux à la communauté des Béatitudes. ©Loïs Mussard

"Elle me plaît cette histoire", explique soeur Marie-Anastasia. "A la fois de reconnaître la main de Dieu, la protection de la vierge de Notre-Dame du Bon Port, et à la fois la générosité, la bonté des gens qui sont venus au secours des naufragés."

Il faudra attendre ce dimanche, pour qu’elle soit dévoilée aux fidèles. Une cérémonie va être célébrée par l’évêque de la Réunion, Monseigneur Gilbert Aubry.